Le programme de recherche ARMMA (CESCM, Université de Poitiers). Pour un Armorial Monumental du Moyen Age

Dès le milieu du XIIIe siècle, les armoiries devinrent un élément omniprésent dans l’horizon visuel de l’homme médiéval. Elles apparaissaient sur tous types de supports et de bâtiments et étaient chargées de fonctions sémiotiques multiples, qui dépassaient largement la seule fonction d’identification des personnes. Les armoiries, isolées ou insérées dans des programmes plus vastes, marquaient la propriété d’un objet ou d’un immeuble, signalaient le commanditaire d’une œuvre d’art, permettaient de revendiquer le droit à certains privilèges ou prérogatives, servaient à manifester son réseau d’alliance ou sa « foi politique », étaient un moyen d’affirmer sa domination sur un territoire ou, au contraire, sa soumission à une autorité souveraine. Pour utiliser les mots de Michel Pastoureau, on peut affirmer qu’ « y compris au village […] n’importe quelle église paroissiale » de cette époque « devient un véritable “musée” d’armoiries ».

Vierge à l'énfant et donateurs. Prinçay, église Saint-Gervais-et-Protais  Armoiries et litre funéraire. Antigy, église Notre-Dame, chapelle Saint e-Catherine

Bien que l’action du temps et des hommes aient considérablement réduit ce patrimoine d’images, dans toute la France, la plupart des bâtiments médiévaux conservés portent encore d’amples traces de cette profusion héraldique. Toutefois, même pour les zones ou l’importance de cette présence a été reconnue par les spécialistes, il nous manque encore des études systématiques qui permettraient de saisir la réalité du phénomène sur une échelle territoriale et chronologique ample. D’ailleurs, les travaux de Christian de Mérindol, notamment, et ceux d’autres chercheurs (Alessandro Savorelli pour l’Italie ou, encore, le groupe du RCPPM conduit par Pierre-Olivier Dittmar) démontrent l’intérêt scientifique d’une typologie d’images qui souvent délivre des informations essentielles pour la connaissance du monument, de ses fonctions, de la nature et de la culture de ses commanditaires.

Accueilli au C.E.S.C.M. de Poitiers et conduit par Laurent Hablot et Matteo Ferrari, le programme de recherche ARMMA (ARmorial Monumental du Moyen Âge), vise précisément à établir un recensement complet et une étude scientifique de toutes les figurations héraldiques monumentales médiévales (fin XIIe-début XVIe siècle), dans les limites de la France actuelle. L’enquête ne se limite pas à considérer les documents figuratifs conservés, mais prend également en compte les figurations disparues mais documentées et, naturellement, les pièces isolées conservées hors de leur contexte d’origine (collections des musées notamment). Chaque décor armorié est documenté sur place et analysé en rapport avec son contexte monumental, fonctionnel, artistique, sémantique, patrimonial. Les informations et les matériaux recueillis et élaborés seront organisés dans des notices de synthèse, consultables et exploitables à l’intérieur d’une base de données, librement accessible sur internet, actuellement en phase de développement avec le service I-MEDIAS de l’Université de Poitiers (http://imedias.univ-poitiers.fr/?lang=fr). D’ailleurs, l’objectif du programme n’est pas seulement d’avancer dans la connaissance scientifique des pratiques héraldiques au Moyen Âge, mais de contribuer à la valorisation et à la conservation d’un patrimoine iconographique longtemps déprécié ou ignoré et, par conséquent, plus souvent exposé aux risques de destructions ou de restauration abusive.

??????????????????????????????? Armoirie de Simon Herbert, maire de Poitiers. Poitiers, Tour du Parc de la Petite Villette

La première étape de ce programme ambitieux porte sur le Poitou-Charentes. Son patrimoine héraldique varié (par sa diffusion chronologique, en raison de la variété de supports et matériaux et de sa grande  qualité d’exécution) offre en effet les meilleures conditions pour développer la méthodologie de travail, les outils informatiques, les systèmes les plus efficaces pour communiquer les résultats de la recherche. Le programme ARMMA bénéficie du soutien scientifique et financer du CESCM, de l’Université de Poitiers et de la Direction Régionale des Affaires Culturel du Poitou-Charentes.

Armes d'Alphonse de Poitiers. Poitiers, église Sainte-Radegonde Clef-de-voute aux armes de Pierre de Combarel. Beaumont, église Notre-Dame

Débutée à la fin du 2013 avec un recensement des figurations héraldiques dans la ville de Poitiers (43 sites-monuments explorés pour un total de quelque 200 décors armoriés recensés), à partir du janvier 2014 la recherche a été étendue au territoire régional, prioritairement dans le département de la Vienne (160 monuments « héraldiques » recensés, auxquels s’ajoutent 116 sites « à haut potentiel héraldique » en cours de prospection). Une cinquantaine de monuments avec de décors héraldiques a été pour le moment inventorié dans le reste de la région.

Cite the article as: matteoferrari, "Le programme de recherche ARMMA (CESCM, Université de Poitiers). Pour un Armorial Monumental du Moyen Age", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 02/07/2014, Internet: http://heraldica.hypotheses.org/1106.

10 Responses

  1. LAVRARD J.F. says:

    Merci beaucoup pour votre réponse.
    Je suis d’accord avec vous pour les fleurs de lys représentées sur les chapiteaux qui ne peuvent dater que de la construction même de la chapelle.
    Par contre, les deux tableaux consacrés à sainte Radegonde renforcé par le décors des deux colonnes du choeur ne sont pas typiquement templiers (Auzon est le seul cas connu) mais font fortement penser à notre duchesse !

  2. LAVRARD JF says:

    Dans votre papier sur la commanderie d’Auzon vous écrivez :

    ” Le récit d’une visite effectuée en 1691 rappelle que [des armoiries dudit sieur commandeur] – malheureusement la source n’explicite pas son identité – étaient peintes sur les deux portes qui donnaient sur la sacristie, à deux cotés de l’autel.”

    Je vous précise qu’il s’agit de la visite de 1691 dont l’original complet est reproduit sur le site http://www.guillaumedesonnac.com à la page suivante :

    http://www.guillaumedesonnac.com/auzon/documents/1691/

    Vous pourrez y lire qu’il s’agit de Joseph de Chambes de Montsoreau qui portait d’azur semé de fleurs de lys d’argent au lion de gueules brochant sur le tout.

    https://books.google.fr/books?id=tLwNAAAAQAAJ&pg=RA2-PA167&lpg=RA2-PA167&dq=%22Joseph+de+Chambes%22+de+Montsoreau&source=bl&ots=TS8LgYLwlt&sig=hFGwFM281UIAU5I1JJzEvRBJm48&hl=fr&sa=X&ved=0CD4Q6AEwBmoVChMIjPato5OYyAIVAlIaCh1StwLV#v=onepage&q=%22Joseph%20de%20Chambes%22%20de%20Montsoreau&f=false

    Ce même blason devait apparaître également au dessus de la porte d’entrée de la fuye mais a été soigneusement buché durant la révolution.

    Il est dommage que l’article n’apparaisse plus sur internet alors que je pensais faire un lien avec mon site compte tenu de son intérêt.

    Je reste à votre disposition pour d’autres détails et surtout pour approfondir avec vous les raisons du décors en fleur de lys, des représentations de Ste Radegonde ainsi que des références qui rapprochent les décors d’Auzon de ceux du vitrail de la cathédrale de Poitiers offert par Aliénor d’Aquitaine dont la mère était native de Châtellerault.

    • Matteo Ferrari says:

      Cher Monsieur, merci infiniment pour votre message et de l’intérêt que vous avez porté à la petite notice que j’ai consacré au décor armorié de la chapelle d’Auzon. Je viens d’intégrer les indications que vous m’avez fournies dans la notice et j’ai ajouté le lien à votre site internet (vraiment très riche!) dans bibliographie. Même si l’intérêt prioritaire du programme de recherche porte sur l’héraldique médiévale, il me parait intéressant, quand il est possible, de donner un inventaire complet des armoiries visibles ou documentées dans un édifice donné.

      En ce qui concerne le site ARMMA, nous l’avons pour le moment retiré pour permettre certaines interventions et corrections nécessaires à son fonctionnement. Il sera quand même à nouveau accessible d’ici à quelques semaines. Un post sur ce blog annoncera de sa mise en ligne.

      Vos observations sur le lien formel entre les décors d’Auzon et les vitraux de la cathédrale de Poitiers sont très intéressantes, même si je ne chercherais pas forcement un lien entre les deux institutions par le biais d’Aliénor d’Aquitaine. Il est évident que dans les deux cas il s’agissait de commanditaires avec des moyens financiers importants et bien informé des orientations artistiques à la mode (si vous me passez l’expression). Il est plausible que, à une distance chronologique (et kilométrique) très courte, ils avait donc employé des artistes comparables. De même, comme j’écrivais dans la notice, à mon avis il ne fait pas chercher de raison politique ou idéologique dans l’utilisation des fleurs de lys dans l’ornementation des espaces sacrés entre XIIe et XIIIe siècle. Il s’agissait d’un motif très répandu, dont le valeur primaire était justement religieuses. Par contre, nous pouvons lire dans la diffusion de certains éléments ornementaux tirés du lexique héraldique la force d’imposition de ce dernier dans le répertoire iconographique contemporain. Mais je suis très intéressé de connaitre votre avis sur le sujet.

  3. Matteo Ferrari says:

    Bonjour,
    je suis désolé pour le retard avec lequel je réponds à votre question. Les deux derniers clichés sont pris d’une verrière de l’église Sainte-Radegonde à Poitiers, représentant les armes d’Alphonse de Poitiers, et d’une clef de voûte de l’église Notre-Dame à Beaumont (à quelques kilomètres au nord de Poitiers). L’écusson sculpté sur cette dernière porte le armes de Pierre de Combarel, neveu de Hugues, évêque de Poitiers, et seigneur de la Motte-de-Beaumont. D’une façon pour le moment inexpliquée (je suis preneur de toute suggestion de votre part), Pierre de Combarel utilise les armes des Thouars (même pleines : vois ses sceaux) avec un écusson Combarel en abîme.
    Bien cordialement

  4. Henri de C says:

    Bonjour,
    est-il possible de savoir où ont été pris les deux derniers clichés (extrait d’un vitrail et le détail de la clé de voûte?
    Merci

    • haha says:

      considérant que les fichiers s’appellent Armes-dAlphonse-de-Poitiers.-Poitiers-église-Sainte-Radegonde.jpg et Clef-de-voute-aux-armes-de-Pierre-de-Combarel.-Beaumont-église-Notre-Dame.jpg, je pense que les photos ont été prises à l’église Sainte Radegonde de Poitiers et à Notre Dame de Beaumont… Mais ce n’est qu’une simple supposition

  1. 25/07/2014

    […] [7]Pour plus d’informations sur ce programme : http://cescm.hypotheses.org/1999 ; http://heraldica.hypotheses.org/1106 […]

  2. 15/09/2015

    […] et Laurent Hablot (CESCM / Université de Poitiers), dans le cadre du programme de recherche ARMMA (ARmorial Monumental du Moyen […]

  3. 18/07/2016

    […] trop marginale au sein des études historiques. Les projets nombreux qu’il pilote (Sigilla, ARMMA, Devise), les rendez-vous réguliers que sont devenues les « journées héraldiques » du CESCM, […]

  4. 25/01/2017

    […] Le programme de recherche ARMMA (Armorial Monumental du Moyen Âge), vise à établir un recensement complet et une étude scientifique des représentations héraldiques monumentales médiévales (fin XIIe-début XVIe siècle) conservées en France. Ce corpus s’étend également aux figurations disparues mais documentées et, naturellement, aux pièces isolées conservées hors de leur contexte d’origine. […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *