L’arme segreta. Araldica e storia dell’arte nel Medioevo (secoli XIII-XV), éd. Matteo Ferrari, introd. Alessandro Savorelli, collab. Laura Cirri, Firenze, Le Lettere, 2015, pp. 350.

Cet ouvrage collectif, issu des journées d’étude organisées au Kunsthistorisches Institut de Florence et à la Scuola Normale Superiore de Pise en 2011, représente probablement le premier volume entièrement consacré au rapport entre héraldique et histoire de l’art.L'Arme segreta, Firenze 2015.

Diffusées au Moyen-Âge sur tout genre de support et dans tous les milieux sociaux, les armoiries constituaient une composante essentielle de l’horizon visuel de l’homme médiéval. Leur présence n’était presque jamais neutre mais participait activement aux formes de la communication par images de la société contemporaine, comme outil de célébration personnelle ou collective, d’affirmation du rang, de déclaration d’une appartenance à une partie politique ou à un réseau d’alliance. Les sources écrites – comme le rappelle l’article de Monica Donato qui ouvre ce volume – témoignent alors des réactions, parfois violentes, des contemporains face à ces signes idéologiquement orientés et des tentatives des pouvoirs, séculiers et religieux, d’en réglementer ou limiter l’utilisation.

En raison de leur diffusion si large, donc, les armoiries sont parmi les typologies d’images que les historiens de l’art croisent le plus souvent sur leur chemin. Pourtant, en dépit de leur potentiel herméneutique, ces signes demeurent encore à nos jours méconnus ou mal interprétés. Et pourtant, si elles sont interprétés correctement, les armoiries se transforment, pour ainsi dire, dans des véritables « armes secrètes » de l’historien de l’art, car elles apportent des connaissances nouvelles et souvent inimaginables à leur objet d’étude.

D’abord, à un premier niveau, les armoiries permettent d’établir la chronologie d’une œuvre, son aire et son milieu de production, ses commanditaires ou, encore, d’en définir le contexte historique et culturel dans lequel elle a trouvé son origine. Pourtant, la Nouvelle Héraldique nous a appris à ne plus regarder à la discipline comme à une science auxiliaire, subordonnée aux grandes sciences historiques, mais comme à une science historique à part entière. Les armories ne sont pas donc seulement des documents caractérisés par des structures spécifiques, mais sont des objets historiques de plein droit. Elles constituent un phénomène historique et social dont l’analyse fournit des connaissances qui s’étendent à d’autres domaines de la recherche, relativement proches de l’héraldique : iconologie, symbolisme, histoire des « mentalités », des formes de la communication ou, encore, des institutions, des élites, des sociétés.

Brioude (Auvergne), Doyenné, plafond peint armorié.

Brioude (Auvergne), Doyenné, plafond peint armorié.

Né d’une volonté d’éviter un regard abstrait et purement méthodologique sur le rapport entre histoire de l’art et héraldique, ce volume – comme Alessandro Savorelli l’explique dans l’introduction – ne se présente pas comme un manuel pour les chercheurs, notamment en histoire de l’art, qui amorcent des recherches en héraldique. D’ailleurs, après avoir acquis une connaissance des rudiments « techniques » et une connaissance générale de la dimension historique du phénomène, l’étude des armoiries nécessite de la même approche méthodologique que l’on utiliserait pour toute recherche historique et, dans notre cas, artistique : critique d’authenticité, analyse iconographique, matérielle et stylistique, comparaison formelle, reconstruction du contexte historique… En autres termes, la méthodologie ne représente pas la condition préalable aux recherches en héraldique mais, au contraire, elle se forme et se complète sur la base de l’expérience des études effectuées.

Dans cet esprit, dans les deux premières parties du livre (I. Araldica e storia dell’arte. Inchieste e riletture. II, Araldica e storia dell’arte. Tra testo e immagini) nous avons réuni des études de cas, qui montrent comment l’historien de l’art puisse utiliser les signes héraldiques : d’un côté, pour identifier le contexte dans lequel une œuvre donnée a été conçue, de l’autre, pour l’éclairer et la comprendre d’une façon meilleure et plus approfondie. Tout en faisant apparaître des éléments et des messages moins visibles à un premier regard, l’analyse des éléments héraldiques permet d’atteindre une compréhension plus appropriée de l’œuvre et, parfois, une nouvelle interprétation de celle-ci en ce qui concerne, par exemple, ses fonctions ou les intentions des commanditaires et des artistes. Cet apport de l’héraldique est bien mis en exergue dans les articles d’Emmanuel de Boos sur le plafond peint du doyenné de Brioude ; de Francesca Soffientino sur les peintures « angevines » de l’église de Lagopesole ; de Antonio Conti sur la frise armoriée de l’église di Santa Maria della Spina à Pise ; de Luca Tosi, sur le tombeau finalement recomposé de Blanche de Savoie à Milan.

Fragment du tombeau de Blanche de Savoie, 1388-1390.

Fragment du tombeau de Blanche de Savoie, 1388-1390.

À un degré de complexité herméneutique plus élevé, se placent ensuite les épisodes dans lesquels l’héraldique participe à la construction savante du mythe, soit à l’intérieur des cours seigneuriales (comme dans le cas du château de la Manta, étudié par Luisa Clotilde Gentile), soit dans les manuscrits des chroniqueurs de l’époque communale (tel Niccolò di Giovanni di Francesco di Ventura, dont nous parle Alice Cavinato), soit encore dans la sphère de l’imagination, entre devotio et culte chevaleresque (comme c’est les cas des peintures de Bruno récemment découverte en Santa Maria Novella à Florence, étudiées par Marco Merlo). Se plaçant au carrefour entre tradition écrite et iconique, d’autres articles se consacrent à l’élaboration théorique du langage visuel, si spécifique, de l’héraldique – voir, à ce propos, l’essai de Carla Frova sur le De insignis et armis de Bartolo da Sassoferrato – ou à l’utilisation des armoiries par les illustrateur de textes : des lettrés ou des chroniqueurs – comme Matthew Paris, étudié ici par Allegra Iafrate – mais aussi des rédacteurs des actes et des registres de la Commune – comme c’est le cas des notaires florentins que Ruth Wolff nous présente – ou, encore, des réalisateurs de textes inscrits, comme le démontre l’exemple padouan examiné par Franco Benucci. Le volume n’oublie pas, enfin, de traiter des épisodes artistiques, spécifiques de l’univers communal italien, dans lesquels l’élément héraldique ne fonctionne plus seulement comme un signe d’appartenance, mais devient un instrument de la vie politique citadine à part entière : il est un signe de l’identité civique (comme sur les cloches étudiées par Chiara Bernazzani et Giampaolo Ermini) ou, encore, un outil de la communication politique et de la propagande par l’image des groupes dirigeants de la ville (voir à ce propos, l’article d’Alessandro Savorelli sur les non plus mystérieuses peintures héraldiques du palais du Popolo de San Gimignano ; celui de Matteo Ferrari, consacré aux nombreuses et méconnues images héraldiques dispersées dans les palais communaux lombards ; celui de Vittoria Camelliti, qui identifie les commanditaires de quelques célèbres tableaux du Musée de San Matteo à Pise et les raisons qui ont déterminé leur réalisation).

Ancienne cloche du Palais du Popolo, détail de l'armoirie Orsini et du sceau du Popolo. Orvieto, torre del Moro.

Ancienne cloche du Palais du Popolo, détail de l’armoirie Orsini et du sceau du Popolo. Orvieto, torre del Moro.

Pour terminer, nous avons cru nécessaire d’ajouter une dernière partie (Araldica. Un codice della comunicazione fluido, tra regole astratte e funzioni sociali) qui traite plus strictement, mais toujours sur la base de quelques documents artistiques, du code héraldique. Cet élément est envisagé dans deux articles consacrés à des sujets en apparence très distants : celui du changement d’armoiries à la cour d’Avis au Portugal, analysé par Miguel Metelo de Seixas, et celui de la reprise d’une mémoire généalogique des Visconti par certaines familles françaises au XVe siècle, dont parle Laurent Hablot. Ces deux dernières contributions abordent alors un aspect de l’héraldique que le lecteur plus attentif aura déjà vu apparaître, entre les lignes, parcourant les deux premières parties du volume : celui des transformations que ce langage, ductile pour sa nature, a connu à partir surtout du XIVe siècle, pour s’adapter à un cadre social nouveau.

Enfin, une bibliographie sélective, composée d’études imprimées et de sites internet spécialisés en héraldique, a été dressée par Laura Cirri et Michel Popoff. Son but est d’offrir un outil facilement exploitable par le lecteur, qui puisse orienter ceux qui amorcent une recherche héraldique dans la production consacrée au sujet, aussi vaste qu’inégale par qualité.

 

L’arme segreta. Araldica e storia dell’arte nel Medioevo (secoli XIII-XV), éd. Matteo Ferrari, introd. Alessandro Savorelli, collab. Laura Cirri, Firenze, Le Lettere, 2015, pp. 350. (http://www.lelettere.it/site/e_Product.asp?IdCategoria=&TS02_ID=1993).

– Matteo Ferrari, Alessandro Savorelli –


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *