[Paper:] Les programmes héraldiques des demeures patriciennes et seigneuriales du sud de la France à la fin du Moyen Âge (Laura Ceccantini, Delphine Grenet)

(© Mairie de Lagrasse/Georges Puchal)

(© Mairie de Lagrasse/Georges Puchal)

L’identification des fonctions originelles des espaces au sein de l’habitat civil médiéval est une des principales difficultés de leur étude, question pour laquelle l’héraldique joue un rôle privilégié. Les programmes héraldiques conservés dans les demeures méridionales françaises se caractérisent par leur emplacement sur les plafonds à poutres apparentes, contrairement aux armoriaux représentés habituellement sur les surfaces murales. Ces charpentes constituent un support privilégié dès la fin du XIIIe siècle pour le développement de programmes héraldiques organisés, mis en valeur par les décors figurés les encadrant. La prise en compte des emplacements stratégiques au sein de la topographie des salles permet alors une lecture progressive et hiérarchisée, intégrant ainsi leur réception dès leur conception.

En croisant nos recherches respectives sur le Languedoc et la Provence, nous nous proposons d’interroger ce qui définit une salle d’apparat au travers des programmes héraldiques qui les ornent. À partir d’une sélection de cas d’étude apparaissant comme des espaces identitaires privilégiés, nous tenterons d’en définir les traits communs, tout en replaçant ces décors armoriés dans leur contexte social et institutionnel. Les demeures de la noblesse et bourgeoisie locales se caractérisent par des programmes héraldiques complexes en opposition aux cycles développés dans les résidences royales ou les édifices civils prestigieux. L’enjeu d’autoreprésentation est donc central pour leur compréhension, en parallèle du phénomène d’émulation qui transparait dans les documents de commande conservés. Leur importante diffusion dans les demeures du patriciat urbain fournit un riche matériel héraldique permettant la réévaluation de ces milieux, dont l’étude est tributaire d’armoriaux postérieurs et donc lacunaires.

 

Delphine Grenet est doctorante contractuelle en Histoire de l’art médiévale à l’Université Paris IV-Sorbonne et chargée d’une mission d’enseignement en licence (travaux dirigés). Elle est membre du conseil d’administration de l’Association internationale de Recherche sur les Charpentes et les Plafonds Peints Médiévaux (RCPPM). Sous la direction de Philippe Lorentz, elle rédige une thèse de doctorat sur “Les décors peints civils dans l’arc méditerranéen : le cas de la Provence au XVe siècle”.

Laura Ceccantini est doctorante en Histoire médiévale à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est membre du LaMOP et membre du conseil d’administration de l’Association internationale de Recherche sur les Charpentes et les Plafonds Peints Médiévaux (RCPPM). Sous la direction de Philippe Bernardi elle rédige une thèse de doctorat sur ‟La place de la charpente dans les constructions civiles médiévales en Bas-Languedoc’’.


The paper will be given at the international workshop: Heraldry in Medieval and Early Modern State-Rooms: Towards a Typology of Heraldic Programmes in Spaces of Self-Representation – Münster, Germany, 16-18 March 2016
Cite the article as: Heraldica Nova, "[Paper:] Les programmes héraldiques des demeures patriciennes et seigneuriales du sud de la France à la fin du Moyen Âge (Laura Ceccantini, Delphine Grenet)", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 22/02/2016, Internet: http://heraldica.hypotheses.org/4226.

Heraldica Nova

This is the account of the Heraldica Nova editorial team.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *