[Paper:] Stratégies héraldiques dans les palais publics toscans entre XIVe et XVe siècle: Le cas particulier des façades (Anne-Laure Connesson)

Palazzo pretorio à Arezzo

Palazzo pretorio à Arezzo

À partir de la fin du XIIe siècle, les pouvoirs publics entreprirent la construction de nombreux palais tant dans les centres dominants de la Toscane comme Florence ou Sienne, que dans les cités de moindre importance qui, entre le XIVe et le XVe siècle, tombèrent les unes après les autres, sous le joug florentin. Les façades des palais publics toscans présentent une physionomie qui, si elle se retrouve dans une grande partie de l’Italie centrale, reste cependant unique, dans ses proportions, à la région. Des tapisseries d’armoiries ornent en effet les façades des édifices communaux, créant ainsi un effet visuel puissant sur le spectateur. Le décor héraldique, introduction à l’identité civique de la ville, invite alors le citadin à s’approprier l’espace extérieur ou à pénétrer dans l’édifice. Il crée un nouvel espace concret et symbolique en jouant sur la frontière mouvante entre extérieur et intérieur du bâtiment dont la conception architecturale (présence de loggia ou d’escaliers externes) semble du reste confirmer cette hypothèse. Dans quelle mesure la façade du palais public toscan, à travers cette mosaïque d’armoiries sculptées mêlant héraldique privée et publique, devient-elle le reflet exact de l’identité de la cité dans ses rapports avec les villes ou les familles environnantes ? Au gré des changements politiques, l’héraldique subit des modifications ou des réajustements qui s’expriment à travers la juxtaposition de différents écus qui, par leur combinaison, révèle des jeux d’alliances complexes. Les magistrats eux-mêmes, en laissant une trace de leur passage dans le gouvernement de la cité, tendent à mettre en place une stratégie héraldique visant à montrer l’excellence de leur parcours personnel, leur aptitude à l’exercice des charges publiques et l’établissement de la buona fama de leur lignage. Comment ces stratégies se traduisaient-elles concrètement dans l’armoirie sculptée ?

L’accumulation de ces armoiries sur les façades des palais publics formaient donc, par stratification, une carte précise de l’histoire politique de la ville tout en étant un outil extraordinaire au service de la promotion individuelle.

Doctorante en histoire de l’art, Anne-Laure Connesson travaille sous la direction de M.Philippe Sénéchal autour de la question de l’héraldique sculptée à Florence au XVe et dans le premier tiers du XVIe siècle considérant l’écu armorié non seulement comme composant des stratégies héraldiques mises en place par les grandes familles florentines mais également comme un objet d’art à part entière. Conférencière depuis 2008, professeur d’histoire dans l’enseignement secondaire, elle dirige depuis 2015, le service «Histoire des Arts» de l’Institut Français de Florence (IFF).


The paper will be given at the international workshop: Heraldry in Medieval and Early Modern State-Rooms: Towards a Typology of Heraldic Programmes in Spaces of Self-Representation – Münster, Germany, 16-18 March 2016

 

Cite the article as: Heraldica Nova, "[Paper:] Stratégies héraldiques dans les palais publics toscans entre XIVe et XVe siècle: Le cas particulier des façades (Anne-Laure Connesson)", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 25/02/2016, Internet: http://heraldica.hypotheses.org/4258.

Heraldica Nova

This is the account of the Heraldica Nova editorial team.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *