[Paper:] France et Castille. Les décors héraldiques de la « Salle de justice » de l’abbaye de Nanteuil-en-Valée, Charente (Matteo Ferrari)

Décor héraldique, fin XIIIème-début XIVème siècle. Hôtellerie de l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée, Charente (cliché : Matteo Ferrari, ArmmA)

Décor héraldique, fin XIIIème-début XIVème siècle. Hôtellerie de l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée, Charente (cliché : Matteo Ferrari, ArmmA)

Située à la frontière méridionale de l’ancien diocèse de Poitiers, depuis 2013 l’abbaye Saint-Benoît-et-Sainte-Marie de Nanteuil-en-Vallée fait l’objet, d’un chantier de fouilles et d’études programmées. Parmi les bâtiments qui composent le complexe monastique, l’attention des chercheurs a été retenue par un grand édifice, appelé l’«Hôtellerie », placé au sud-est du chevet de l’église abbatiale, entièrement détruite depuis la fin du XVIIIème siècle.

Construit vers le milieu du XIIIème siècle et réaménagé au moins deux fois avant la fin du siècle, ce bâtiment conserve, dans sa partie intérieure, des pans étendus d’un palimpseste pictural surprenant. Deux cycles héraldiques, exécutés l’un après l’autre dans une succession assez rapide, se superposent dans les salles du premier étage. Les armes du roi sont mêlées à celles des grandes familles du royaume et à celles de quelques familles locales. De la phase la plus ancienne on ne voit aujourd’hui que deux écussons de grand format, tandis que vingt-trois armoiries de la deuxième campagne picturale sont encore lisibles, distribuées en deux groupes distincts sur les tympans des murs pignons des salles centrale et occidentale. Connues, mais seulement en partie, dès la fin du XIXème siècle, ces peintures héraldiques n’ont jamais fait l’objet d’une étude analytique.

Il s’agira donc de proposer une identification des armoiries représentées pour déterminer la signification des cycles peints, leur chronologie, les raisons qui portèrent à l’exécution de programmes héraldiques si ambitieux. Leur réalisation était-elle liée à une occasion précise ? Décrivaient-ils un épisode ou un contexte politique spécifique et réel ? Étaient-ils porteurs d’un message politique ou visaient-ils à augmenter, par le biais de l’héraldique, le prestige d’un espace à vocation publique, selon une pratique documentée par ailleurs ? Il sera donc question de s’interroger sur la fonction de ces salles « héraldisées », par le biais d’une comparaison avec d’autres cycles du même type réalisés dans d’autres régions de France à la même période. Nous verrons enfin qu’une armoirie de Castille-Léon aux quartiers inversés, représentée deux fois en rapport direct avec les armes de France, offre, peut-être, la clef pour résoudre l’énigme de la signification du cycle le plus récent et de sa chronologie.

Historien de l’art et ancien élève de la Scuola Normale de Pise, Matteo Ferrari est membre associé de l’Académie Internationale d’Héraldique. Déjà post-doctorant de l’Université de Poitiers (2014-2015) et collaborateur du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM) de Poitiers, il a été aussi chercheur contractuel à la Scuola Normale de Pise et à l’Université La Sapienza de Rome (2010-2013), où il a conduit des recherches sur le thème de l’utilisation de l’image dans la communication politique des pouvoirs publics à la fin du Moyen Âge en Italie. Auteur de nombreux travaux consacrés à la propagande par l’image par les Communes italiennes et, notamment, à l’héraldique monumentale, il dirige avec Laurent Hablot (Université de Poitiers, CESCM) le programme de recherche ArmmA (Armorial Monumental di Moyen Âge) sur les décors héraldiques monumentaux dans la France médiévale. Il est aussi responsable, avec Giuliano Milani (Université La Sapienza, Rome), d’un projet pilote de recensement et d’étude des images médiévales produites dans les contextes monumentaux publics par les institutions communales italiennes.


The paper will be given at the international workshop: Heraldry in Medieval and Early Modern State-Rooms: Towards a Typology of Heraldic Programmes in Spaces of Self-Representation – Münster, Germany, 16-18 March 2016
Cite the article as: Heraldica Nova, "[Paper:] France et Castille. Les décors héraldiques de la « Salle de justice » de l’abbaye de Nanteuil-en-Valée, Charente (Matteo Ferrari)", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 23/02/2016, Internet: http://heraldica.hypotheses.org/4322.

Heraldica Nova

This is the account of the Heraldica Nova editorial team.

3 Responses

  1. Joris de Sutter says:

    Would it be possible to look at pictures of the frescs somewhere? Or how can I obtain your list with blasoning? I’m studying heraldry of the 1250-1325 era and am most interested in these blasons. Thanks.

  2. Matteo Ferrari says:

    Merci pour votre message. Je partage votre opinion et dans ma communication je proposerai une lecture de l’ensemble héraldique à la lumière de la présence de ces armes de Castille-Léon aux quartiers inversés que mois aussi interprète comme De la Cerda. Les travaux de Faustino Menendez-Pidal, que j’ai consulté, et les données récemment récoltées par les archéologues qui ont étudié l’édifice et ses peintures légitiment cette interprétation.

  3. javier v de vera says:

    Sont les armes de l’infant Alphonse de Castille -ainé d’Alphonse X le Sage- et de sa femme Blanche de Castille.Mort avant son pere,survenu le coup d’état de son frere Sancho IV,Blanche et ses fila,appellés les Infants de la Cerda furent mis en secueite dans l’Aragon par la reine de Castille Violante d’Aragon,leur grand-mere;puis ils se sont installé en France; Alphonse X daños son testamento les declare les succeseurs légitimes du royaume.
    L’héraldique de la maison royale de Castillete et León a été étudié en detail par Faustino Menendez-Pidal de Navascués.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *