[Paper:] Impérial, dynastique ou local ? Les décors intérieurs des hôtels de ville et de châtellenies dans le comté de Flandre au milieu du règne de Charles Quint (Pierre Couhault)

semelle de poutre aux Armes de Grenade dans l'hôtel de ville d'Audenarde

Semelle de poutre aux Armes de Grenade dans l’hôtel de ville d’Audenarde

Bien avant l’or des Indes et la bourse d’Anvers, la puissance économique et politique des villes de Flandre fut un des piliers de l’empire de Charles Quint. Rétrospectivement, son règne fut considéré comme une période d’apogée, entre les guerres de la fin du principat bourguignon et les troubles religieux de la seconde moitié du XVIe siècle.
Dans le pays natal de l’empereur, villes et châtellenies profitèrent de leur bonne fortune pour se doter de nouveaux lieux d’exercice et de représentation de leur pouvoir. S’il ne reste rien des décors prévus pour le plus imposant – la maison de la keure de Gand – des hôtels comme celui du Franc de Bruges, celui de la ville et châtellenie de Courtrai et celui de la ville d’Audenarde conservent en revanche des salles d’apparat au dispositif héraldique parfois impressionnant. Ces trois exemples – tous réalisés entre 1525 et 1535 – montrent la diversité des programmes emblématiques commandés par les autorités flamandes. À Courtrai, les échevins de la ville et châtellenie choisirent un décor strictement local, reflétant le pouvoir de la ville sur son pays. À Audenarde, le corps de ville choisit au contraire de décorer les salons des armes de tous les royaumes et principautés de Charles Quint. À Bruges, enfin, le programme impérial se doubla d’une généalogie du souverain éclipsant presque totalement la dimension locale. La comparaison avec deux décors strictement contemporains mais choisis délibérément hors du corpus – à la maison communale de Séville et dans la salle d’audience du palais de Marguerite d’Autriche à Malines – montrent que cette tension entre local, dynastique et impérial n’avait rien d’exceptionnel dans les lieux de représentation du pouvoir sous Charles Quint.

Pierre Couhault a été formé à l’École normale supérieure de Lyon. Après l’agrégation, il a mené un doctorat en histoire moderne à l’université Paris-Sorbonne sur les hérauts d’armes à la cour des Habsbourg au XVIe siècle, récompensé par le prix solennel Aguirre-Basualdo en 2015. Depuis 2008, il a également enseigné à l’université Paris-Sorbonne et à l’École nationale des chartes. Ses travaux portent sur l’office d’armes et la culture emblématique et chevaleresque dans les cours d’Occident à la Renaissance.


 

The paper will be given at the international workshop: Heraldry in Medieval and Early Modern State-Rooms: Towards a Typology of Heraldic Programmes in Spaces of Self-Representation – Münster, Germany, 16-18 March 2016

 

Cite the article as: Heraldica Nova, "[Paper:] Impérial, dynastique ou local ? Les décors intérieurs des hôtels de ville et de châtellenies dans le comté de Flandre au milieu du règne de Charles Quint (Pierre Couhault)", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 01/03/2016, Internet: http://heraldica.hypotheses.org/4343.

Heraldica Nova

This is the account of the Heraldica Nova editorial team.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *