L’héraldique sculptée à Florence 1400-1530: À propos de la thèse de doctorat soutenu par Anne-Laure Connesson en décembre dernier

Écu armorié Onofrio Strozzi. 1419-1423. Florence, basilique Santa Trinita - Façade nord (Source: Wikimedia Commons)

Écu armorié Onofrio Strozzi. 1419-1423. Florence, basilique Santa Trinita – Façade nord (Source: Wikimedia Commons)

Le 2 décembre dernier, Anne-Laure Connesson soutenait à l’Université d’Amiens une thèse pour le doctorat d’histoire de l’art moderne dirigée par le professeur Philippe Sénéchal et consacrée a l’héraldique sculptée à Florence 1400-1530.

Ce sujet inédit est aussi un sujet d’histoire de l’art consacré à l’héraldique, exercice rarissime qui est aussi la preuve que les temps changent. Ce travail d’Anne-Laure Connesson donne raison à l’article de Francis Salet « emblématique et histoire de l’art » qui appelait de ses vœux, il y a près de trente ans, l’attention des historiens de l’art sur les manifestations emblématiques du Moyen Age finissant. Et il aura fallu la persévérance savante d’un Christian de Mérindol, d’un Jean-Bernard de Vaivre, la pédagogie d’un Michel Pastoureau ou, pour l’Italie, celle d’un Alessandro Savorelli doublée de l’érudition d’un Luigi Borgia pour qu’apparaissent enfin de tels travaux.

Une perspective large

Mais cette thèse a encore le mérite d’être un sujet d’héraldique traité par une non spécialiste et qui soumet pourtant son corpus à un questionnement à la fois vaste et très pertinent. D’une part,  l’héraldique, est très justement étendue ici à l’emblématique para-héraldique (cimier, supports, devises) et traitée sous presque tous ses aspects, tant matériels et pratiques, rituels et symboliques, que sociaux et esthétiques. D’autre part,  la thèse aborde presque toutes les thématiques anciennes et actuelles de l’approche scientifique de l’héraldique comme la dimension sociale des armoiries ; les fonctions individuelles et collectives des signes (lignage, mémoire, pouvoir) ; la mise en scène de l’héraldique (supports, contextes, techniques, fonctions) ; les supports du discours (le palais, l’espace sacré, l’espace public ou semi-public/ la loggia) ; la distribution spatiale et symbolique des signes (programmes et circulations) ; la dimension artistique et esthétique des réalisations emblématiques (acteurs, techniques, savoirs, permanences et innovations), etc.

Une étude détaillée

Tombeau de Leonardo Bruni. 1449-1450. Florence, basilique Santa Croce (Source: Wikimedia Commons)

Tombeau de Leonardo Bruni. 1449-1450. Florence, basilique Santa Croce (Source: Wikimedia Commons)

Ce sujet est également très circonscrit dans son objet, dans le temps et dans l’espace, ce qui permet à Anne-Laure Connesson de proposer une approche de détail et d’exemples, d’études de cas et évite soigneusement les considérations générales, décontextualisées, les catalogues sans chronologie ni sources qui pénalisent trop souvent les études héraldiques. Il s’agit au contraire d’un sujet d’héraldique vécue, d’une emblématique pratique, résultant d’usages, de normes, de factures et de traces, conservées ou non. Une héraldique véritablement incarnée. Cette approche place par ailleurs le lecteur dans un cadre maîtrisé grâce à la bonne connaissance que possède la candidate de la Florence du XVe siècle, de ses institutions, de sa société et de sa culture, de sa topographie, de ses évolutions également. Et c’est précisément ce contexte spécifique qui donne sens à cette mise en signes de l’espace dont Anne-Laure Connesson retrace l’histoire et dont elle analyse les témoins et pour laquelle, au final, l’étude circonstanciée devient performante pour d’ultérieures études héraldiques. De ce point de vue, la thèse d’Anne-Laure Connesson est un véritable modèle du genre qui inspirera, il faut de souhaiter, de nombreux travaux.

Si l’on aurait ou souhaiter que le choix précis du sujet – l’héraldique sculptée – soit plus précisément argumenté et discuté et que les récentes publications sur l’héraldique soient davantage cités, la thèse d’Anne-Laure Connesson fera date comme en témoignent la mention très honorable et les félicitations que lui ont adressé les membres de sont jury. Souhaitons désormais que ce travail soit prochainement livré à la connaissance de tous.

Cite the article as: Laurent Hablot, "L’héraldique sculptée à Florence 1400-1530: À propos de la thèse de doctorat soutenu par Anne-Laure Connesson en décembre dernier", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 22/02/2017, Internet: http://heraldica.hypotheses.org/5250.

1 Response

  1. Miguel Metelo de Seixas says:

    J’adresse à Anne-Laure Connesson mes félicitations les plus vives et sincères. Et j’attends avec impatience que le voeu formulé par Laurent Hablot soit exhaucé, afin que nous puissions connaître au plus vite ce travail.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *