[paper] Alessandro Savorelli (Florence, I): La Grande Salle de “Palazzo Vecchio” à Florence: la représentation du pouvoir entre république et seigneurie

Le Palazzo Vecchio (bati en 1299-1314) est aussi connu sous le nom de Palazzo della Signoria, mais en ce cas il n’est pas à confondre le mot “seigneurie/signoria” (qui à Florence désignait le gouvernement “républicain” de la Commune), avec l’expression communément utilisée pour definir les dominations qui s’affirment dans les des villes italiennes entre la fin du XIIIe siècle et le XVe s., après la crise des institutions communales.

Les Medicis, qui avaient exercé une “criptoseigneurie” pendant le XV s., tout en gardant formellement les institutions républicaines, furent chassés en 1494, mais ils s’emparèrent encore de la ville en 1512-1527 et definitivement en 1530. Alexandre (1532-1537) et Côme (1537-1569) prirent le titre de duc; le palais communal devint ainsi la siège de la court en 1540-1565 (en suite elle fut transferé à Palais Pitti: c’est alors que le Palazzo della Signoria fut nommé “vieux/vecchio”). Bien que pour un période limité, il est donc le seul palais communal italien du Moyen âge utilisé et “réinterpreté” comme la court d’un prince.

Le palais garde encore nombreuses vestiges du décor médiévale (surtout dans la “Salle des Dugento” et dans la “Salle de Lis”), tandis que le décor sur la façade, souvent mal interpreté, est une oeuvre de la fin du XVIIIe s. Mais il est à remarquer que dans le période 1540-1569 un nouveau décor, tout à fait particulier, se superpose à l’ancien.

La transformation la plus évidente c’est le change de destination de la grande salle du premier étage, dite “des Cinquecento” (du nombre des conseillers de la dernière âge républicaine), batie en 1494. Côme I, en la transformant en “salle des audiences”, en fit le lieu symbolique du nouveau poivoir. Projeté par Giorgio Vasari, avec l’intervention de Vincenzo Borghini, histoiren et héraldiste, la décoration de la salle est très particulier, car il s’agit d’un mélange d’imagérie républicaine et princière. Elle ne fut pas conçue comme une simple substitution de la symbolique communale, mais, au contraire, comme l’integration des signes républicains, très populaires et identitaires, dans la célebration visuelle de la nouvelle dynastie.

Les fresques de Vasari célèbrent les emprises militaires de Côme, mais la partie la plus interessante du décor c’est le gran plafond en bois, réalisé en 1563-65. Ses 39 panneaux  contiennent des episodes mitiques et réels de l’histoire de la ville, ainsi que des vues panoramiques, des armoiries et des bannières des 18 villes et provinces de l’ancienne territoire communal, et en fin, la glorification du prince, le portrait du quel est situé au centre des 44 armoiries de la Commune et de ses institutions.

On y voit la volonté de marquer la continuité entre la nouvelle dynastie et l’ancien pouvor républicain. Il faut aussi remarquer qu’avant la concession du titre de grand-duc (1569), les ducs avaient porté ce titre, mais avec une ambigue determination: “duc (Caput et Primarius) de la République de Florence”.

La construction de l’héraldique du nouveau duché et l’occupation des espaces rituels et institutionnels de la république fiorentine par le prince, sont un cas presque unique dans l’histoire de la représentation du pouvoir du période de transition entre la “ville-État” italienne du Moyen âge et l’État moderne.

 

NOTE BIOGRAPHIQUE

Ex-Chercheur chez l’Ecole Normale (Pise), membre de l’AIH, collaborateur de «Nobiltà», «Armas e Trofeus», «Archives héraldiques suisses», «Heraldica Nova», etc., il a publié essais sur l’héraldique et ses rapports avec l’art, parmi lesquels: Piero della Francesca e l’ultima crociata. Araldica, storia e arte tra gotico e Rinascimento, 1999; Tra i simboli del palazzo. Insegne araldiche e imprese, in Il palazzo magnifico. Palazzo Medici Riccardi a Firenze, 2009; Cavalieri di Francia a San Gimignano, in L’arme segreta. Araldica e storia dell’arte nel medioevo, 2014; Segni e simboli araldici nell’arte fiorentina, in Dal giglio al David, 2013; Quanti sono i «nove stemmi della Repubblica Fiorentina»?, in … e  d’amici pieno, 2015).


This paper will be presented at the international conference:

State-Rooms of Royal and Princely Palaces in Europe (14th-16th c.): Spaces, Images, Rituals – Lisbon/Sintra, 15-17 March 2017 (link)

which aims to put the Sala dos brasões in Sintra in its European context as a royal/princely state-room. It is a follow up to the “Heraldry in Medieval and Early modern State-rooms” held in March 2016 in Münster, which, for its part, focused on the heraldic décor of medieval and early modern state-rooms as such.


Cite the article as: Torsten Hiltmann, "[paper] Alessandro Savorelli (Florence, I): La Grande Salle de “Palazzo Vecchio” à Florence: la représentation du pouvoir entre république et seigneurie", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 27/02/2017, Internet: http://heraldica.hypotheses.org/5456.

Torsten Hiltmann

Torsten Hiltmann is Juniorprofessor for the High and Late Middle Ages and Auxiliary Sciences at the University of Münster. He is interested in new approaches to late medieval and early modern heraldry, the medieval notion of kingship and the methods and technologies of Digital Humanities. On hypotheses.org, he is maintaining, among others, the blog “Heraldica Nova”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *