[Paper:] Laurent Hablot (Paris, F): Des cerfs et des armoiries. Emblématique et symbolique du cerf écuyer dans la représentation du pouvoir à la fin du Moyen Age

Coat of arms of the Almadas familly in the Sala dos brasões, Palacio Nacional, Sintra (via WikiCommons)

Le plafond peint de la grande salle du trône de Sintra expose les armes de la quasi totalité des familles de la haute noblesse, appendues au cou de cerfs galopant, entourant les armes du lignage royal d’une étonnante cavalcade entre ciel et terre. Le choix de ce motif à Sintra – le cerf portant un écu à son cou – ne doit sans doute rien au hasard. Depuis plus d’un siècle déjà, quand ce décor est achevé, de nombreux palais princiers européens (Paris, Westminster, Fontainebleau) mais aussi de plus modestes grandes salles seigneuriales (Chauvigny, Louy), ont retenu cette figure du cerf, régulièrement associé à une figure héraldique – pour orner les lieux. La principale motivation de ce choix est symbolique, le cerf étant associé dans la culture médiévale à l’idée de noblesse et de justice, plus spécifiquement de justice christique. Les fonctions judiciaires des plus nobles occupants de ces espaces s’y manifestent par ailleurs par l’apposition ou la suspension de leur écu armorié. L’association des deux motifs rappelle à tous ce qui se joue dans ces espaces : l’exercice par le prince du pouvoir délégué par Dieu à ses représentants devenus à leur tour source de toute justice et de toute noblesse, investis de la force et de l’autorité (potestas et imperium) nécessaire à la réalisation de ce pouvoir qui est d’abord un devoir. L’ultime message porté par ce cerf armorié est celui de l’éternité comme le rappelle la capacité du cerf à ressusciter chaque année. Exposer, dans un hymne à la dynastie, dans l’espace matriciel de son pouvoir, l’hommage d’une noblesse éternelle, à la fois soutien et bénéficiaire de la grâce du prince, témoigne de la brillante interprétation que la cour des Avis a su faire des apports symboliques et emblématiques de la culture médiévale occidentale.

note biographique

Laurent Hablot est directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études, titulaire de la chaire d’emblématique occidentale. Il s’intéresse à l’ensemble des systèmes emblématiques, notamment à leurs fonctions dans les sociétés médiévales et modernes.


This paper will be presented at the international conference:

State-Rooms of Royal and Princely Palaces in Europe (14th-16th c.): Spaces, Images, Rituals – Lisbon/Sintra, 15-17 March 2017 (link)

which aims to put the Sala dos brasões in Sintra in its European context as a royal/princely state-room. It is a follow up to the “Heraldry in Medieval and Early modern State-rooms” held in March 2016 in Münster, which, for its part, focused on the heraldic décor of medieval and early modern state-rooms as such.


Cite the article as: Torsten Hiltmann, "[Paper:] Laurent Hablot (Paris, F): Des cerfs et des armoiries. Emblématique et symbolique du cerf écuyer dans la représentation du pouvoir à la fin du Moyen Age", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 06/03/2017, Internet: http://heraldica.hypotheses.org/5529.

Torsten Hiltmann

Torsten Hiltmann is Juniorprofessor for the High and Late Middle Ages and Auxiliary Sciences at the University of Münster. He is interested in new approaches to late medieval and early modern heraldry, the medieval notion of kingship and the methods and technologies of Digital Humanities. On hypotheses.org, he is maintaining, among others, the blog “Heraldica Nova”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *