[Paper:] Pierre Couhault (Paris, F): Un décor d’or, de soie et de laine. À propos du choix des tapisseries dans l’ornementation de la grande salle du palais de Bruxelles (XVe‐XVIe siècles)

Quand on envisage le décor intérieur des monuments du passé, c’est souvent de
façon relativement statique. La plupart du temps, on s’intéresse à un état donné,
considéré comme pertinent ou définitif. Dans de meilleurs cas, on cherche à retracer
les évolutions au gré des campagnes successives de travaux. Le colloque tenu à
Münster l’an dernier avait ainsi donné la priorité à des oeuvres « en dur », destinées à
rester en place sur de longues périodes.
Pourtant, au Moyen Âge comme à l’époque moderne, nombre de décors
intérieurs étaient, par nature, en transformation constante. En effet, à côté du fond
architectural pérenne – murs, vitres, plafonds ou cheminées qui pouvaient être ornés
de peintures et de reliefs – les pièces étaient parées d’une multitude d’objets qu’on
changeait très fréquemment : meubles, tentures et, surtout, tapisseries. Dans les
grandes occasions, par ailleurs, il était fréquent d’installer des dispositifs éphémères
composées de tribunes, d’éléments d’architecture, ou autres destinés à recevoir des
motifs peints ou des étoffes figurées ou emblématisées.
Ce phénomène de variabilité du décor était particulièrement prononcé dans les
résidences princières. D’une part, les souverains étaient souvent itinérants et le décor
devait donc être en bonne partie démontable, afin de pouvoir être emporté d’un lieu
à l’autre ou mis en réserve pendant les périodes d’inoccupation. D’autre part, la
maison du prince accueillait plus fêtes et de cérémonies qu’aucune autre. Enfin, les
monarques accumulaient des collections pléthoriques de tapisseries, souvent trop
précieuses ou trop anciennes pour être exposées sur de longues périodes.
Contrairement aux vestiges parfois importants de décor pérenne, ce versant
textile, mobilier et mouvant de l’ornementation des résidences princières ne nous est
qu’exceptionnellement parvenu. Pourtant, dans les relations contemporaines, ce sont
précisément ces éléments changeants que décrivent les témoins : les architectures
éphémères, la richesse de la vaisselle précieuse sur les buffets, l’opulence des
tapisseries …
La contribution proposée entend précisément s’intéresser à ces éléments de
décor mobiles, à travers l’exemple de la tapisserie. Capitale européenne de cette
production au XVIe siècle, siège régulier de l’opulente cour des ducs de Bourgogne puis
des Habsbourg, cadre du vaste palais du Coudenberg, Bruxelles apparaît comme un
observatoire tout à fait pertinent pour cette étude. Il s’agira de saisir la place
qu’occupait la tapisserie dans la mise en scène des fêtes et cérémonies tenues dans la
grande salle ajoutée au palais au milieu du XVe siècle, et notamment d’essayer de
comprendre les critères qui amenaient à choisir une série de tapisserie plutôt qu’une
autre lors d’une cérémonie donnée.
Les délibérations qui amenaient à ces choix sont malheureusement perdues,
mais un certain nombre de schémas semblent se dessiner. Pour les séries narratives,
telles que l’histoire de Gédéon ou celle d’Alexandre, il pouvait y avoir une proximité
thématique entre les épisodes mis en tapisserie et la nature de l’événement. Pour les
séries emblématiques, il s’agissait plutôt de démultiplier la présence du prince ou de le
replacer dans une lignée. Mais il ne faut pas non plus exclure le simple désir de
solenniser un événement important en l’installant dans une série de tapisseries aux
matériaux particulièrement riches ou aux origines très prestigieuses.
Note biographique
Formé à l’école normale supérieure de Lyon, agrégé d’histoire, Pierre Couhault a
soutenu une thèse de doctorat sur les hérauts d’armes dans la monarchie des
Habsbourg au XVIe siècle (prix solennel 2015 de la chancellerie des universités de
Paris). Ses recherches portent, de façon générale, sur la mise en scène du pouvoir
monarchique et aristocratique à la Renaissance ainsi que sur la culture emblématique
et chevaleresque des élites de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne.
Dans le cadre de son post‐doctorat à l’EHESS, il travaille sur les tournois de cour à la
Renaissance.


This paper will be presented at the international conference:

State-Rooms of Royal and Princely Palaces in Europe (14th-16th c.): Spaces, Images, Rituals – Lisbon/Sintra, 15-17 March 2017 (link)

which aims to put the Sala dos brasões in Sintra in its European context as a royal/princely state-room. It is a follow up to the “Heraldry in Medieval and Early modern State-rooms” held in March 2016 in Münster, which, for its part, focused on the heraldic décor of medieval and early modern state-rooms as such.


Cite the article as: Torsten Hiltmann, "[Paper:] Pierre Couhault (Paris, F): Un décor d’or, de soie et de laine. À propos du choix des tapisseries dans l’ornementation de la grande salle du palais de Bruxelles (XVe‐XVIe siècles)", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 10/03/2017, Internet: http://heraldica.hypotheses.org/5548.

Torsten Hiltmann

Torsten Hiltmann is Juniorprofessor for the High and Late Middle Ages and Auxiliary Sciences at the University of Münster. He is interested in new approaches to late medieval and early modern heraldry, the medieval notion of kingship and the methods and technologies of Digital Humanities. On hypotheses.org, he is maintaining, among others, the blog “Heraldica Nova”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *