Ferrari, Matteo (Poitiers): Au service de la Commune. Identité et culture des « artistes héraldistes » dans les villes italiennes aux XIIIème-XIVème siècles

La communication par images des communes italiennes reposa largement sur l’héraldique. Elle offrait un code visuel capable au même temps de donner une représentation symbolique du pouvoir et de satisfaire des tâches plus proprement pratiques, inhérentes aux activités politiques, administratives et militaires de la ville et de ses institutions.

Il est pourtant facile d’imaginer que de grandes communes aux petits villages doués d’autonomie, même partielle, des équipes de peintres et sculpteurs répondaient aux commandes des magistratures civiles, en assurant la réalisation d’images et décors héraldiques dans les palais publics aussi bien que sur des  objets (bannières, boucliers, coffres, registres etc.). Les villes de l’Italie centrale et septentrionale en conservent nombreux témoignages, tandis que les documents (Bologne, Florence, Pise, Sienne) nous informent sur une grande quantité d’ouvrages perdus. Le travail des artistes était tellement essentiel que certaines communes, notamment les moins importants et puissants (San Gimignano, fin du XIIIème siècle) cherchaient de les attirer en leurs offrant des avantages économiques. En tout cas, il ne s’agissait pas d’artistes spécialisés, mais plutôt de peintres et sculpteurs, même très renommés (Giotto, Ambrogio Lorenzetti etc.), qui travaillaient parfois en exclusive pour la Commune (Paolo Avvocati à Bologne), mais plus généralement même pour des autres commanditaires.

il s’agira pourtant de s’interroger sur l’identité de ces artistes « héraldistes » au service de la Commune ; d’en examiner le rôle dans l’élaboration de cet aspect de la communication en images communale ; d’en comprendre la capacité d’intervention dans la conception de figurations et de décors héraldiques ou dans la définition des aspects plus proprement formels des armoiries et des ornements extérieurs de l’écu ; d’en éclaircir en fin leur probable fonction de dépositoires du « savoir héraldique » dans un pays où l’héraut d’armes n’existait pas.

This paper will be presented at the workshop: Heraldic artists and painters in the Middle Ages / Peintres et artistes héraldistes au Moyen Age (Poitiers, 10-11 April 2014)

Cite the article as: Torsten Hiltmann, "Ferrari, Matteo (Poitiers): Au service de la Commune. Identité et culture des « artistes héraldistes » dans les villes italiennes aux XIIIème-XIVème siècles", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 21/02/2014, Internet: http://heraldica.hypotheses.org/852.

Torsten Hiltmann

Torsten Hiltmann is Juniorprofessor for the High and Late Middle Ages and Auxiliary Sciences at the University of Münster. He is interested in new approaches to late medieval and early modern heraldry, the medieval notion of kingship and the methods and technologies of Digital Humanities. On hypotheses.org, he is maintaining, among others, the blog “Heraldica Nova”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *