Savorelli, Alessandro (Pise): L’héraldique “naturaliste” des Della Robbia à Florence et en Toscane

Les Della Robbia (Luca, 1399-1482, Andrea, 1435-1525, Giovanni, 1469-1529) sont une famille d’artistes parmi les plus importantes et célèbres du Rinascimento. Sculpteurs et céramistes, ils diffusèrent la technique de la « terracotta invetriata » (la terre cuite émaillée). Leurs produits, d’une élégance et superbe luminosité, marquèrent le territoire et les villes de la Toscane pendant un siècle. Dans leur activité les ateliers des Della Robbia produisirent aussi une grande quantité d’armoiries: le vieux catalogue de Alan Marquand, édité en 1919, en comptait 392 (une nouvelle édition du catalogue, avec 500 entrées, par Carlo Tibaldeschi, va apparaitre).

La qualité de ces produits héraldiques est exceptionnelle: les plus grandes et riches familles de Florence (et, parfois, des princes et seigneurs étrangers) firent appel aux Della Robbia pour représenter leurs armoiries. Ces ouvrages constituent pourtant une source fondamentale pour la connaissance de l’héraldique toscane à la Renaissance, même aussi car ils conservent les couleurs, normalement perdues dans la plupart de la production héraldique toscane en pierre ou en faïence.

Toutefois l’importance de cette production demeure aussi, et surtout, dans le tentative des Della Robbia de créer un véritable langage héraldique sur la base des modèles exceptionnels fournis par l’atelier de Donatello et de Lorenzo Ghiberti : un langage tout à fait nouveau, qu’on pourrait définir d’un ‘naturalisme classique’. La création de ce langage se situe dans une période de transition entre la grande tradition de l’héraldique gothique, qui domine encore les ateliers de Florence jusqu’à la moitié du XVème siècle (voir les armoiries du Palais du Bargello ou celles des tombes de Santa Croce et des églises principales de la ville) et la ‘manière’  plus stéréotypée et souvent dépourvue d’énergie de la Renaissance mûre, qu’on repère déjà dans les œuvres de Giovanni Della Robbia, dernier héritier de la tradition familiale. Cette évolution stylistique apparait d’une façon exemplaire dans le bestiaire héraldique et dans les figures communes, mais aussi dans les proportions des pièces héraldiques et, plus en général, de la mise en page des figures dans l’écu.

Il s’agira donc de proposer une nouvelle analyse de ‘l’art héraldique’ des Della Robbia, ce qui a constitué le langage héraldique le plus originel et raffiné avant l’âge baroque, bien qu’il fut limité dans des bornes chronologiques, culturelles et géographiques très étroites.

This paper will be presented at the workshop: Heraldic artists and painters in the Middle Ages / Peintres et artistes héraldistes au Moyen Age (Poitiers, 10-11 April 2014)

Cite the article as: Torsten Hiltmann, "Savorelli, Alessandro (Pise): L’héraldique “naturaliste” des Della Robbia à Florence et en Toscane", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 27/02/2014, Internet: http://heraldica.hypotheses.org/866.

Torsten Hiltmann

Torsten Hiltmann is Juniorprofessor for the High and Late Middle Ages and Auxiliary Sciences at the University of Münster. He is interested in new approaches to late medieval and early modern heraldry, the medieval notion of kingship and the methods and technologies of Digital Humanities. On hypotheses.org, he is maintaining, among others, the blog “Heraldica Nova”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *