[Paper:] Entre héraldique et onomastique: Repenser les armoiries parlantes (par Nicolas Vernot) – Archives nationales de Paris, 1 juin 2016

Le 1 juin 2016, à quinze heures, se tiendra une première réunion  commune et extraordinaire de la Société française d’héraldique et de sigillographie et de la Société française d’onomastique. Aprés une présentation par les présidents des deux sociétés, Michel Pastoureau et Michel Tamine, il y aura une conférence proposée par Nicolas Vernot, docteur en Histoire de l’EPHE, secrétaire général de l’AIH (Académie internationale d’héraldique) : Entre héraldique et onomastique, repenser les armoiries parlantes. 

La présentation

Voici la présentation de la communication de Nicolas Vernot:

S’il est un domaine où onomastique et héraldique convergent, c’est bien celui des armoiries parlantes. Ainsi sont désignées les armoiries dont le contenu tire son inspiration du nom de leur porteur : le lion de la ville de Lyon, les maillets des Mailly n’ont pas d’autre origine. Si ce type de construction est présent depuis le Moyen Age, sa fréquence augmente en même temps que l’usage des armoiries se répand dans la société, à tel point qu’au moins un tiers des armoiries composées au 17e siècle est parlant. 

Plus nombreuses, les armoiries parlantes font assaut d’astuce et d’inventivité pour mettre en valeur le nom qui leur est associé : dans un contexte de compétition sociale intense d’où la vanité n’est pas toujours absente, on s’efforce de favoriser les associations d’idées les plus flatteuses. Mais tous les patronymes ne jouissent pas du même prestige : certains évoquent l’ancêtre mal-né, d’autres heurtent la bienséance, ou, pire encore, sont soupçonnés de porter malheur… 

Comment les armoiries sont-elles mises à contribution pour détourner les patronymes connotés négativement ? Plus largement, quels liens sémantiques sont établis entre le nom et les armes, et dans quels buts ? Cette conférence sera l’occasion d’interroger non seulement le rôle social de ces deux éléments fondamentaux de l’identité familiale, mais également les représentations qui leur sont associées, tout particulièrement sous l’Ancien régime.

L’accès à cette manifestation

L’accès à cette manifestation est libre, mais dans la limite des places disponibles dans la “Salle d’albâtre” des Archives nationales. Nous nous permettons donc de vous demander de bien vouloir confirmer votre présence pour le cas où vous souhaiteriez assister à cette séance.


Heraldica Nova

This is the account of the Heraldica Nova editorial team.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *