[Paper:] Matteo Ferrari (Poitiers), Héraldique et « mise en signes » de l’espace urbain dans le Poitou médiéval

Armes de Jean de Berry. Poitiers, enceinte urbaine, remparts méridionaux (boulevard sous Blossac).

Armes de Jean de Berry. Poitiers, enceinte urbaine, remparts méridionaux (boulevard sous Blossac).

Dans l’Italie médiévale, et notamment dans les régions qui ont connu le développement du système communal, les figurations héraldiques constituaient un trait essentiel de l’environnement iconique urbain. Pourtant, s’agit-il vraiment d’une spécificité italienne ? Les recherches que je conduis depuis un an sur le patrimoine héraldique monumental médiéval du Poitou-Charentes, ont révélé une richesse figurative surprenante, jusqu’à présent méconnue. Edifices religieux, bâtiments résidentiels, structures défensives (remparts et portes) étaient très souvent porteurs d’images héraldiques, dont on conserve encore des nombreux vestiges matériels. En outre, des attestations documentaires (registres de délibérations, représentation urbaine, recueils d’érudits etc.) documentent ce qui a disparu à la suite des destructions causées par les guerres et par les démolitions perpétrées aux XIXe et XXe siècles. Ce phénomène apparaît plus évident dans les centres urbains principaux, mais il intéressait d’une façon pas moins significative une large partie des bourgs à la campagne.

Mais qui avait le droit d’exposer les armories dans les espaces publics ? Quels lieux étaient intéressés prioritairement par les images héraldiques et quelle finalité communicative leur était confiée ? Quels supports étaient utilisés ? De quelle époque date cette explosion de l’emploi de l’héraldique dans les espaces urbains et est-ce que ce développement trouvait-il des raisons dans une évolution du contexte politique ou social ? Nous chercherons de répondre à ces questions par le biais d’une analyse des documents héraldiques les plus significatifs inventoriés dans villes de la région : La Rochelle, Niort et, surtout, Poitiers. Centre politique et administratif d’envergure et siège d’une vaste diocèse, entre la fin du Moyen Age et le début de l’époque moderne, cette dernière ville était caractérisée par un niveau d’emblématisassions des espaces publics absolument remarquable, qui la rend un observatoire idéal pour aborder l’étude du problème.

Conference: Heraldry in the Medieval City: The Case of Italy in the European Context (Journées Héraldiques 5), Rome, 5th-7th May 2015


Ancien élève de la Scuola Normale de Pise et membre associé de l’Académie Internationale d’Héraldique, Matteo Ferrari est post-doctorant de l’Université de Poitiers. Il a été chercheur contractuel à l’Ecole Normale de Pise et à l’Université La Sapienza de Rome où il a conduit des recherches sur le thème de l’utilisation de l’image dans la communication politique des pouvoirs publics à la fin du Moyen Age en Italie. Auteur de nombreux travaux sur la propagande par images par les Communes italiennes et, notamment, sur l’héraldique monumentale, il dirige avec Laurent Hablot le programme de recherche ARMMA sur les décors héraldiques monumentaux dans la France médiévale.


Heraldica Nova

This is the account of the Heraldica Nova editorial team.

1 Response

  1. 28/08/2015

    […] Matteo Ferrari (Poitiers) : Héraldique et « mise en signes » de l’espace urbain dans le Poitou … […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *