« Flos florum flore, Florencia »: l’épanouissement du lys florentin

L’emblème de Florence, la fleur de lys, a longtemps été l’objet de commentaires, tant de la part des spécialistes de l’héraldique que des historiens de la culture visuelle toscane. Elle a de nouveau constitué l’un des axes de réflexion de l’exposition sur l’art civique du Trecento qui s’est tenue à la Galleria dell’Accademia à Florence en 2013 sous la direction de Daniela Parenti et de la très regrettée Maria Monica Donato : Dal Giglio al David : arte civica a Firenze fra Medioevo e Rinascimento. Cependant, tout ne semble pas avoir été dit sur cette question. Pour saisir la richesse de ce signe héraldique, un aspect mériterait une analyse plus complète, celui de son instabilité figurative.

Le foisonnement du lys

Constitutum Artis Monetarium, à partir de 1314. Florence, Archivio di Stato

Constitutum Artis Monetarium, v. 1314. Florence, Archivio di Stato

À partir de la deuxième moitié du XIIIe siècle, la fleur de lys apparaît partout dans la cité florentine, sur les murs des édifices civiques et religieux, à l’échelle monumentale comme dans les manuscrits, en présentant à chaque fois des variations sensibles, comme l’attestent, à titre d’exemples, les deux lys suivants. Le premier, qui se trouve sur le plat de reliure inférieur du Constitutum Artis Monetarium, rédigé à partir de 1314, est composé d’un pétale central dressé en ogive, de deux pétales latéraux courbés vers l’extérieur terminés par de fines palmettes et de deux étamines s’achevant par des anthères qui reprennent à échelle réduite la forme du signe héraldique qui les porte.

Le deuxième, qui est un relief en pierre calcaire datant de la fin du XIVe siècle sans doute destiné à l’une des portes de la ville, figure des pétales bien plus fournis, avec des bords dentés à la manière de ceux d’une feuille d’acanthe, et deux étamines qui se transforment en tige de fleurs portant en guise d’anthères des boutons sur le point d’éclore.

Lys florentin, fin du XIVe siècle. Cerreto Guidi, Villa Medicea e Museo storico della Caccia e del Territorio

Lys florentin, fin du XIVe siècle. Cerreto Guidi, Villa Medicea

Florin d'or, 1252-1303. Florence, Museo Nazionale del Bargello

Florin d’or, 1252-1303. Florence, Museo Nazionale del Bargello

Le lys florentin fait pour la première fois son apparition dans un attribut officiel en 1252, sur le florin d’or frappé à l’instigation du gouvernement du Popolo. L’emblème y est déjà composé de trois pétales, un central debout flanqué de deux recourbés, et de deux étamines qui portent des anthères très développées. Dans cette première occurrence, il est intéressant de constater que les étamines, ainsi que les bords ondulés des pétales et leur face interne délicatement granulée, investissent la fleur d’un naturalisme habituellement absent de l’héraldique, notamment dans le contexte de la monarchie française.

Une métaphore de Florence

Dans un commentaire sur l’histoire de la monnaie florentine, le philologue Vicenzo Borghini (1515-1580) explique les raisons qui ont conduit Florence à choisir le lys comme emblème¹. Selon l’érudit florentin, la fleur représente parfaitement la ville en faisant écho à son propre nom, « Fiorenza ». L’idée est loin d’être nouvelle. Elle est cultivée dès l’apparition de l’emblème sur le florin en 1252 qui entoure le lys de l’inscription « FLORE // ENTIA ». La littérature toscane s’est en outre appliquée à développer cette image, comme le prouve le Regia carmina, poème doublé d’enluminures composé par Convenevole da Prato vers 1335 en hommage au roi de Naples Robert d’Anjou. Cet ouvrage, conservé à la British Library à Londres (Ms. Royal 6. E. IX), figure une personnification de Florence accompagnée d’une fleur de lys qui porte dans l’un de ses pétales la phrase : « Fleur des fleurs, Florence croît par la fleur ».

Selon Vincenzo Borghini, si la fleur florentine comporte des étamines, c’est non seulement pour la distinguer du lys français, mais aussi et surtout parce qu’il s’agit de la représentation d’une variété bien précise poussant sur le territoire florentin, en l’occurrence sur la montagne de Monte Morello. Ce souci de naturalisme, qui constitue une caractéristique relativement étonnante dans le cadre de l’héraldique du Moyen Âge, repose sur une intention particulière de la part de la communauté florentine, celle de véhiculer l’image d’une cité prospère et bienfaisante, en d’autres termes « florissante ». Le changement de nom de la cathédrale à la fin du XIIIe siècle est le témoignage le plus significatif d’un tel projet : Santa Reparta devient Santa Maria del Fiore ce qui transforme littéralement la ville en cité des fleurs. Les Florentins exploitent volontiers cette métaphore en insistant sur le processus botanique de fructification : la floraison est présentée comme le signe avant-coureur de la production de fruit. Voici par exemple comment le notaire Brunetto Latini débute son poème sur les vertus intitulé Il Tesoretto et rédigé vers 1271-1272 : «Ô le Trésor, comme au temps où Florence fleurissait et fit du fruit […] » (v. 112-118).

Une image civique de la Charité

Les pauvres accueillis à Florence, vers 1337-1347. Domenico Benzi, Specchio umano, Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, ms. Tempi 3, fol. 58.

Les pauvres accueillis à Florence, 1337-1347. Specchio umano, Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, ms. Tempi 3, fol. 58.

Par l’image du lys, les Florentins entendaient mettre en avant la prospérité de leur ville et la générosité qui, selon eux, les caractérisait. Le Specchio umano réalisé vers 1335-1337 par Domenico Benzi montre ainsi des malheureux chassés de la cité rivale, Sienne, se pressant aux portes de Florence pour bénéficier des largesses de ses habitants qui les accueillent avec des paniers remplis de miches de pain. En plus des écus du Popolo et de la Commune, les murs de la ville arborent fièrement le lys. Il convient de préciser que si la scène brosse un  portrait utopique de Florence, elle témoigne aussi de l’attention que ses citoyens portaient à la pratique de la miséricorde et correspond même à une certaine réalité historique. Eve Borsook a en effet démontré que, dans les années 1330, environ 12, 5% de la population florentine bénéficiait des œuvres de charité².

Le regain d’intérêt des Florentins pour la charité est confirmé par les transformations que l’image de cette vertu connaît au XIVe siècle dans la ville³. La Charité y apparaît effectivement à plusieurs endroits avec un nouvel attribut, la cornucopia, destiné à célébrer les valeurs de profusion et d’abondance louées par la commune. La corne d’abondance débordant de fleur et de fruits, qui s’impose alors au cours du XIVe siècle en même temps que l’iconographie de l’allaitement, montre, de la même manière que le lys, l’épanouissement naturel auquel est promis la cité toscane.

Attribuée à Giotto, Vierge à l'Enfant, vers 1334-1336. Florence, Museo Nazionale del Bargello

Attribuée à Giotto, Vierge à l’Enfant, vers 1334-1336. Florence, Museo Nazionale del Bargello

Le rapprochement entre les deux attributs est explicitement formulé par une fresque endommagée attribuée à Giotto et conservée au Bargello. Cette fresque, datée des années 1337 et probablement destinée à un lieu de représentation civique, figure deux personnifications qui s’avancent au pied du trône de la Vierge tenant dans ses bras l’Enfant Jésus. La personnification de gauche porte un vêtement blanc et rouge, aux couleurs de la Commune, et offre à la Vierge   un bouquet de fleurs de lys, également blanches et rouges : il s’agit de Florence. Cette identification est confirmée par les six enfants qui l’accompagnent avec des objets symbolisant la ville, dont la maquette du baptistère San Giovanni.    La personnification de droite, vêtue d’une robe rouge, tend un cœur à l’Enfant Jésus qui se penche pour s’en saisir : il s’agit sans aucun doute de la Charité. Celle-ci porte également de la main gauche une brassée de fleurs et de fruits dans laquelle vient piocher un enfant. La scène s’applique donc à confondre Florence et la Charité. Florence adopte exactement la même position que la vertu théologale, tandis que la Charité fait écho à son nom grâce à la corbeille   de fleurs qu’elle tient. La ville du lys s’affirme de la sorte non seulement comme la représentante privilégiée de l’autorité de la Vierge sur terre, mais aussi comme la concrétisation civique de l’Amor proximi.

Au regard de cette fresque, la signification de l’héraldique florentine s’enrichit. Le traitement naturaliste du lys, qui permet de montrer une fleur s’épanouissant ou en train d’éclore, devait participer à véhiculer l’image d’une ville qui fondait sa prospérité sur l’abondance. Cette idée était sans doute renforcée par la variété et la multiplication du signe sur les murs de la cité. Pour prendre la mesure du phénomène, il conviendrait à l’avenir d’en effectuer un inventaire complet et précis, lequel permettrait d’établir et d’affiner l’impression de profusion qu’il suscitait au Trecento.

 

¹ Borghini Vincenzo, Della moneta fiorentina, dans Discorsi de Vincenzo Borghini, volume III, 1809, Milan, p. 301-304.

² Borsook Eve, The Companion Guide to Florence, Londres, 1973, p. 87.

³ Sur l’iconographie de la Charité, nous nous permettons de renvoyer à Cosnet Bertrand, Sous le regard des vertus. Italie, XIVe siècle, Tours, PUFR, 2015.

Cite the article as: Bertrand Cosnet, "« Flos florum flore, Florencia »: l’épanouissement du lys florentin", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 19/05/2015, Internet: http://heraldica.hypotheses.org/3271.

2 Responses

  1. Cher Betrand Cosnet, merci beaucoup pour cette contribution. Elle m’a convaincu qu’il ne faut pas seulement se demander dans quels contextes et de quelle manière les armoiries étaient utilisées mais aussi étudier la manière comment les figures héraldiques étaient représentées. Merci ! Une question : Est-ce que j’ai bien compris que pour représenter la (communauté de) la ville de Florence, il y avait au moins 3 armoiries ? Celles de la ville, celles du popolo et celles de la commune. Dans quels contextes est-ce qu’on a donc utilisé les armoiries avec la fleur de lis et surtout qui l’a fait ? Qu’est qui était effectivement représenté par ces armoiries et est-ce qu’il y avait des restrictions concernant leur utilisation ?

    • Bertrand Cosnet says:

      Cher Torsten Hiltman, je vous remercie beaucoup pour votre commentaire. Comme vous l’avez justement remarqué, je crois qu’il faut effectivement être très attentif à la manière dont les signes héraldiques sont représentés. Les variations figuratives qui affectent parfois un blason, même lorsqu’elles sont relativement limitées, peuvent avoir du sens. Pour répondre plus précisément à vos questions, Florence employait effectivement plusieurs armoiries, dont celle du lis. Son apparition coïncide avec l’essor économique de la ville dans le courant du XIIIe siècle et avec l’affirmation de l’identité de la commune dont la création du florin d’or par le gouvernement du popolo constitue une sorte d’aboutissement. Le lis représentait donc la ville dans son acception générale et était souvent accompagné des armoiries des institutions particulières, entre autres de celles de la commune, du popolo ou du podestat en fonction des périodes. Le lis est sans aucun doute le blason qui apparaît avec le plus de constance à Florence au Trecento, en dépit de l’instabilité politique que la ville connaît alors.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *