Représentation du pouvoir et mise en scène héraldique dans la propagande par l’ image des Visconti. Compte-rendu de “Il potere raffigurato. Simbolo, mito e propaganda nell’ascesa della signoria viscontea” par Paolo Zaninetta

Au fil des siècles l’histoire des Visconti a attiré l’intérêt de nombreux érudits, d’abord, et historiens, après, visant à reconstruire les origines d’une famille qui donna naissance, à partir du dernier quart du XIIIe siècle, à la seigneurie régionale la plus durable et puissante de l’Italie septentrionale au Moyen Âge. Le début de cette domination se situe dans la victorieuse bataille de Desio du 1277, qui permit à l’archevêque Ottone Visconti de se débarrasser de la famille rivale des Torriani et d’entrer finalement à Milan. Dans les années 1280-1290, pour soutenir et conférer une légitimité au projet seigneurial de l’archevêque et de sa famille, Ottone et son entourage promurent un « plan de communication publique » tout à fait inédit pour l’époque. Créations littéraires et images narratives et armoriées participaient ainsi à la même stratégie d’anoblissement du lignage, en mêlant mythe et réalité, legende et histoire.
L’ouvrage que Paolo Zaninetta vient de publier nous conduit au cœur de cette « politique d’image », par le biais d’une enquête pluridisciplinaire qui a été conduite avec une rare maîtrise des plusieurs domaines de recherche (histoire politique et sociale, histoire de l’art et de la littérature, généalogie, héraldique, sémiologie etc.). Toute source documentaire et littéraire disponible a été examinée, en complément d’une exploitation critique d’une bibliographie vaste et mise à jour, utilisée sans aucun à priori ou appréhension révérencielle.
Le volume compacte, mais dense en contenus (208 pages de texte), est construit en trois parties, équilibrées et bien accordées les unes aux autres. Dans le premier chapitre, qui a une fonction introductive, l’auteur trace un cadre historique des premiers siècles de vie des Visconti, de leur apparition au XIe siècle jusqu’à 1304, quand Matteo Visconti perd momentanément sa seigneurie. Zaninetta met tout de suite en exergue le mélange caractéristique d’éléments réels et imaginaires qui entoure les origines de la famille, produit par des falsifications ou manipulations de documents dans les siècles successifs, pour des raisons juridiques ou généalogiques, mais aussi par la création précoce d’une mythologie familiale forgée par les intellectuels les plus proches à la « cour » (Stefanardo da Vimercate et Galvano Fiamma, par exemple). Cette perspective, à la fois historique et sociale, se révèle fondamentale pour parvenir à une analyse ponctuelle et méthodologiquement solide des expressions figurées de la campagne d’image viscontienne, sur laquelle l’auteur focalise évidemment son intérêt. Le seconde chapitre est ainsi consacré aux fresques du château d’Angera (http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Rocca_di_Angera_-_Sala_di_Giustizia_-_Frescos), aussi célèbres que disputés parmi les historiens d’art depuis leur publication par Pietro Toesca au début du XXe siècle. Les peintures, disposées sur les murs de la salle majeure, représentent la victoire de Ottone Visconti sur Napo Torriani en 1277 et son entrée triomphale à Milan ; ces scènes narratives sont accompagnées par une figuration astrologique : une association originale pour l’époque pour des récits figurés consacrés à des épisodes contemporains. Dans ces peintures, que Zaninetta arrive à dater vers la fin des années 1280 avec des arguments convaincants, l’armoirie des Visconti fait sa première, incontestable, apparition : on peut la voir encore sur les voûtes de la salle, d’où elle révélait l’identité du protagoniste de l’épopée, seigneur du château, racontée sur les murs.
Dans la troisième (et plus passionnante) partie du livre, Zaninetta relance alors le dossier des origines et des significations de la célèbre et « insaisissable » armoirie à la guivre, autour de laquelle se multiplièrent les légendes, d’abord, et les lectures historiques et sémiotiques, ensuite. L’auteur met ainsi en exergue comme, à partir des années 1280, l’armoirie entra dans le projet mythopoïétique familial, participant au consolidement de la seigneurie et à la construction de son image. Grâce à une analyse méticuleuse des sources, aussi bien figurées que écrites, Zaninetta nous accompagne à travers les mutations de l’enseigne Visconti et il nous aide à en comprendre la valeur. Les mutations formelles, avec le passage de la guivre au dragon, deviennent alors plus clairement sémantiques : de signe de légitimation du pouvoir, cette armoirie devient un signe d’anoblissement familial, au moment où le lignage, au XIVe siècle, n’éprouvait plus le besoin de rappeler les origines communales de sa suprématie. L’auteur porte donc son attention sur la fonction de l’image héraldique et sur sa participation à la construction du mythe familial, en s’éloignant de la tentation de donner une ultérieure interprétation de cette figure insolite (armoirie parlante, enseigne militaire, signe symbolique ?). Toutefois, il nous rend service en parcourant la vaste bibliographie consacrée au sujet dans une synthèse critique et efficace, qui éloigne les hypothèses les plus faibles et retient les plus solides et plausibles.
C’est pourtant dommage que cette dissertation savante ne soit pas accompagnée par un apparat iconographique de la même hauteur. Les illustrations n’arrivent pas, par leur nombre et qualité, à donner une idée précise des détails évoqués dans le texte, tandis que le choix du noir et blanc empêche d’apprécier l’efficacité d’une communication qui trouvait sa force dans les couleurs et les matériaux. Toutefois, ce faiblesse ne réduit pas l’importance et la valeur d’un travail qui se pose comme un point de départ essentiel pour toutes les recherches consacrées à l’« iconographie seigneuriale » et, à la fois, offre un exemple méthodologique pour l’étude de toute production d’image à la confluence des faits politiques et de l’histoire culturelle.

Paolo Zaninetta, Il potere raffigurato. Simbolo, mito e propaganda nell’ascesa della signoria viscontea, Milano, Franco Angeli, 2013, pp. 258 (http://www.francoangeli.it/Ricerca/Scheda_Libro.aspx?ID=20478)


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *