[CfA:] Batalha : lieu de mémoire de la dynastie d’Avis. À la recherche d‘une compréhension intégrée du monument et de son décor héraldique et emblématique

(For an English summary, please see below.)

Clef de voûte de la chapelle du fondateur au monastère de Batalha, avec les armes de Jean 1er.

Clef de voûte de la chapelle du fondateur au monastère de Batalha, avec les armes de Jean 1er.

Non loin du lieu de la bataille d’Aljubarrota, où il avait remporté la décisive victoire du 15 août 1385 assurant ainsi l’indépendance du royaume envers son voisin castillan, le roi Jean 1er de Portugal voulut ériger un monument exceptionnel. Le monastère, dédié à Notre-Dame de la Victoire, et la ville qui grandit autour de lui furent connus par antonomase comme « Batalha », c’est-à-dire bataille.

Il s’agissait d’élever une abbaye différente de toutes celles qui existaient déjà dans le royaume, et par sa splendeur, et par sa dimension symbolique. Aussi fut-elle bâtie dans un nouveau style, le gothique flamboyant, dont elle constitue le chef d’œuvre au Portugal ; et le roi décida d’y loger la nécropole royale, associant ainsi le lieu de mémoire de la bataille d’Aljubarrota à la perpétuation de la nouvelle dynastie d’Avis. Le monastère de Batalha devenait ainsi lieu de fondation et lieu de dernière demeure des princes d’Avis : pour ces deux raisons, il se configurait comme lieu par excellence de la relation de la dynastie avec une dimension sacrée.

La doctrine royale …

La doctrine diffusée à l’époque voulait que les rois partageassent en quelque sorte de la nature divine, comme intermédiaires entre Dieu et leurs sujets. Au début du XVe siècle, cette théologie politique fut développée au Portugal directement par les rois Jean 1er, Edouard 1er et par l’infant Pierre, duc de Coimbra et régent, aussi bien dans leurs écrits personnels que dans leurs traductions d’ouvrages de l’Antiquité. Appliquant les doctrines néoplatoniciennes, la maison d’Avis s’affirmait ainsi comme une dynastie singulière, touchée par la Providence : ses membres, auréolés de prestige surnaturel, moral et intellectuel, occupaient le centre de la société, sur laquelle ils rayonnaient par cercles concentriques à partir du roi et de sa cour.

… et le monastère de Batalha  à travers les temps

Façade principale de l'église de Notre-Dame de la Victoire (Batalha), avec à droite l'extérieur de la chapelle du fondateur

Façade principale de l’église de Notre-Dame de la Victoire (Batalha), avec à droite l’extérieur de la chapelle du fondateur

Le monastère de Batalha fut l’écrin où cette doctrine prit forme concrète, exprimée par la pierre, le bois, les métaux, le verre, les couleurs. Son architecture, déjà singulière, fut ainsi complétée par un programme iconographique basé sur la peinture, la sculpture, les vitraux, l’orfèvrerie, le mobilier. Ce fut dans ce cadre solennel que furent érigées la chapelle funéraire de Jean 1er puis celle d’Edouard 1er. Dans ces lieux hautement symboliques, la dynastie sut construire une image d’elle-même ayant recours à l’iconographie, à l’héraldique et à l’emblématique : portrait qui continue à nous frapper par sa richesse et sa cohérence, mais aussi par les liens entretenus avec la doctrine politique. Pour parachever ceux-ci, le monastère abrita en outre une bibliothèque et un scriptorium où étaient fournis des cours d’études, devenant donc lieu de conservation et de production du savoir.

Gardons-nous toutefois de penser que cette liaison du monument de Batalha à l’image et à la propagande de la dynastie d’Avis présenta un aspect stable au fil de siècles. Certes, les travaux menés sous Jean 1er et son successeur Edouard 1er furent peut-être conçus selon une seule logique doctrinale ; mais au début du XVIe siècle la reprise du projet de grande nécropole royale sous Manuel 1er, demeurée inachevée, exprime une volonté politique et un objectif  entièrement différents. Même aux XVIIe et XVIIIe siècles le monastère de Batalha, considéré comme un des principaux « monuments » de la monarchie, fut souvent utilisé comme exemple par l’historiographie d’Ancien Régime. Nombreux historiens, antiquaires et érudits construisirent diverses interprétations du monument, qui continua à établir ainsi des liens avec la doctrine politique. Puis au XIXe siècle le courant romantique éleva Batalha au rang de « monument national » par excellence : c’était là que l’ « âme nationale portugaise» s’exprimait dans toute sa plénitude. Et le monastère reprit, dans un nouvel encadrement idéologique, le rôle de lieu de mémoire. Qui, mutatis mutandis, avait toujours été le sien.

Le programme héraldique

Armoiries du roi de Portugal tenues par un ange, sacristie de l'église de Notre-Dame de la Victoire (Batalha).

Armoiries du roi de Portugal tenues par un ange, sacristie de l’église de Notre-Dame de la Victoire (Batalha).

Au sein de ce monument érigé à l’image que la dynastie voulait projeter d’elle-même, le programme héraldique occupe une place spéciale. La chapelle funéraire du roi Jean 1er a été conçue comme un portrait idéalisé de sa famille. Au centre, trône le tombeau conjoint du roi et de son épouse Philippa de Lancaster, figurés par des gisants côte-à-côte, perpétuant ainsi dans la mort le couple royal modèle qu’ils avaient été en vie; sur les parois latérales, les tombeaux des infants et de ses épouses s’étalent dans des niches semblables les unes aux autres.

L’héraldique s’y trouve partout. Elle permet, tout d’abord, d’identifier les personnages. Mais, surtout, elle met en évidence la communion de symboles qui exprime l’union du couple royal et de ses fils. D’une façon visuelle évidente, par la voie de l’héraldique que chacun porte: pour la première fois au Portugal, le système de brisures avec des lambels, directement importé de la maison royale anglaise, permet d’exprimer en même temps l’appartenance à la dynastie et le lieu que chacun doit occuper dans sa hiérarchie. Mais ce système héraldique est complété par une autre innovation, plus riche du point de vue symbolique : tous les membres de la dynastie portent des devises, inscrites sur leurs tombeaux, sur leurs autels, sur les parois de la chapelle. Ces devises forment un véritable programme de propagande dynastique, exprimant le partage d’idéals communs, tels qu’ils s’exprimaient dans les œuvres de doctrine morale et politique produites par ou pour ces mêmes princes.

Cette même union programmatique se retrouve dans les chapelles funéraires du roi Edouard 1er, dont le projet fut récupéré avec splendeur par son petit-fils Manuel 1er. Le portail d’accès à ces chapelles, érigé dans un style qui rappelle l’art mudéjar, reprend la devise de son aïeul (« Tanc que seray ») et la mène jusqu’à une répétition exhaustive, insistant ainsi sur l’idée de la permanence du pouvoir royal.

Le programme héraldique et emblématique de Batalha, loin de constituer une simple expression d’identité, doit donc être placé au centre des analyses sur la nature et la signification de ce haut-lieu de la culture monarchique portugaise. Jusqu’à présent, ces emblèmes ont été considérés à titre individuel et surtout comme fournisseurs de données plus ou moins précises sur les commanditaires des travaux. Rares sont les analyses qui cherchent à établir une relation plus intime entre ces signes visuels, le programme artistique du monastère royal et les doctrines alors développées par la dynastie d’Avis. C’est précisément ce champ-là que le workshop « Batalha : lieu de mémoire de la dynastie d’Avis » prétend développer. Nous estimons que l’étude approfondie et surtout encadrée du phénomène héraldique permettra de dégager le programme iconographique et idéologique de ce monument dans toute sa véritable portée.

Le workshop « Batalha : lieu de mémoire de la dynastie d’Avis »

Tympan du portail latéral de l'église de Notre-Dame de la Victoire (Batalha), avec les armoiries de Jean 1er et de son épouse Philippa de Lancaster.

Tympan du portail latéral de l’église de Notre-Dame de la Victoire (Batalha), avec les armoiries de Jean 1er et de son épouse Philippa de Lancaster.

L’objectif du colloque « Batalha : lieu de mémoire de la dynastie d’Avis » est donc de saisir le rôle que ce monastère joua dans la construction de l’image que la maison royale portugaise créa et  projeta d’elle-même, ayant recours à des ressources complémentaires (architecture, peinture, sculpture, vitraux, orfèvrerie, iconographie, héraldique, devises) et en liaison avec une forte dimension doctrinale.  Pour ce faire, le colloque veut réunir historiens, historiens de l’art et héraldistes pour essayer de trouver, dans ce sens, un fil commun à leurs recherches. Le colloque est donc conçu comme un espace de débat, où chacun présentera le résultat des recherches conduites jusqu’à présent, pour les confronter avec d’autres points-de-vue.

Ce genre d’approche multilatéral pourra permettre de dégager, à partir du cas exemplaire du programme héraldique et emblématique du monastère de Batalha, la définition d’une première stratégie de propagande visuelle de la monarchie portugaise à la fin du Moyen-âge et début des temps modernes. Mais il permettra aussi, on l’espère, d’évaluer le genre de relations qui s’établissent entre les manifestations plastiques et la construction d’un savoir théorique sur la nature du pouvoir royal.

Le workshop, organisé par Miguel Metelo de Seixas, Torsten Hiltmann et João Portugal, aura lieu au monastère de Batalha les 25 et 26 septembre 2015, avec l’appui de : Mosteiro da Batalha/Direcção do Património Cultural ; Município da Batalha; Centro de Estudos do Património da Estremadura. Il cherchera à réunir les chercheurs ayant déjà participé à l’étude de ce lieu dans les différents aspects ci-dessus cités, qui pourront ainsi discuter leur contribution au sein d’une vision plus générale, centrée sur les questions programmatiques. Outre les participants qui présenteront leur contribution, tous les chercheurs intéressés, et qui voudront contribuer aux discussions générales, seront les bienvenus.

Tombeau avec gisants et devises de Jean 1er et de son épouse Philippa de Lancaster

Tombeau avec gisants et devises de Jean 1er et de son épouse Philippa de Lancaster

Ce premier colloque représente le point de départ du projet « Au service du prince. L’utilisation de l’héraldique dans la communication politique au Portugal à la fin du Moyen-âge ». Chronologiquement, le monastère de Batalha est bien le premier monument où se déploie un si vaste programme héraldique mis au service de la propagande royale : l’étude de ce phénomène devait donc commencer par là. Les conclusions de ce colloque fourniront aussi une base plus solide pour les étapes suivantes : d’une part, l’étude de la projection de ce programme emblématique hors-frontières, avec la chapelle funéraire du cardinal Dom Jaime de Portugal à Florence ; d’autre part, l’analyse des transpositions de ce programme dans les espaces laïcs, nommément les salles d’honneur des palais royaux.

Summary: The Monastery of Batalha was an expression of King John of Portugal’s political theology: In stone, wood, metal and glass, iconography, portrait and heraldry, the dynasty fashioned itself as intermediaries between God and its subjects. Especially heraldry was used heavily in the tombs of John and Edward. So far, these heraldic representations have been used as means of identifying the burried, or interpreted as a simple expression of identity. However, the relationship between the heraldic signs, the artistic programme employed in Batalha, as well as its connection to the political doctrines of the dynasty, has remained largely unstudied. The workshop ‘Batalha : lieu de mémoire de la dynastie d’Avis’/’Batalha: Place of memory of the Avis dynasty’ sets out to change this. It aims to understand the role the monastery played in representing a self-image the new dynasty wanted to fashion for themselves in a variety of media (architecture, paintings, sculptures, stained glass, jewelry, icnography, heraldry, currency), and how this visual display relates to political ideas. In this effort, the conference aims to bring together historians, art historians and heraldists to establish new interdisciplinary perspectives for their respective research. The conference is meant to be a space for debate and innovative points-of-view on the propagandist strategies of the Portuguese monarchy in the late Middle Ages. The workshop, organized by Miguel de Seixas Metelo, Torsten Hiltmann and João Portugal will take place at Batalha Monastery on 25 and 26 September 2015 with the support of: Mosteiro da Batalha/Direcção do Património Cultural; Município da Batalha; Centro de Estudos do Património da Estremadura. The workshop is the initital event of the international project ‘In the service of the Crown: The use of heraldry in royal political communication in late medieval‘, funded by VolkswagenFoundation.

Cite the article as: Miguel Metelo de Seixas, "[CfA:] Batalha : lieu de mémoire de la dynastie d’Avis. À la recherche d‘une compréhension intégrée du monument et de son décor héraldique et emblématique", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 16/03/2015, Internet: https://heraldica.hypotheses.org/2988.

Logo_Dilthey    Patrimonio CulturalMosteiro da Batalha

Centro de Estudos do Património da EstremadurMunicípio da Batalha

 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *