L’emploi des signes héraldiques dans les milieux urbains du Pays Basque comme forme de distinction sociale (1480-1550)

Casa de Guevara

Palais de Nicolás de Guevara (m. 1504),‘Teniente de Mayordomo mayor’ de la reine Isabel la Católica , dans la ville de Segura (Gipuzkoa)

Emblèmes et signes héraldiques sont un marqueur social très important pour comprendre le temps historique d’un pays. Ceci est aussi le cas dans le Pays Basque, mais il s’agit d’un élément qui est passé inaperçu chez les historiens, plus préoccupés par d’autres questions. Les études d’héraldique font parties des grands absents de l’historiographie basque à ce jour, et cette brève note est destinée à attirer l’attention sur certains éléments de base pour comprendre sa pertinence au passage de monde médiévale au moderne.

Comme dans le reste de l’Europe, les usages héraldiques se diffusent dans le Pays Basque à travers deux mécanismes sociaux:

  1. l’adoption d’usages précédents des voisins (Navarre, Castille, sud de la France);
  2. l’adoption de certains usages dont l’efficacité est considérée comme très pertinente pour une société dont la mentalité collective est en mutation.

À la fin du Moyen Âge, la société basque subit un processus d’évolution rapide vers un modèle différent, caractérisé par la formation d’une élite urbaine, sortie de la fusion de deux façons de comprendre les relations sociales (rurale et urbaine).

Cette société va être structurée autour d’une hiérarchie stratifiée subtilement, dont l’élément le plus éloquent va être la création de marqueurs sociaux basés sur la distinction et la réputation. Deux concepts qui font partie du capital symbolique des familles et que ceux-ci concrétiseront, entre autres, par sa représentation dans des emblèmes héraldiques stratégiquement placés sous les yeux de la communauté. L’héraldique éclate comme un langage lié au capital symbolique immatériel propre à l’élite de la société basque de la fin du quinzième siècle. Il devient un élément puissant pour afficher le changement social qui a lieu entre 1480-1540.
Le contraste est révélateur. La présence dans l’espace public des armoiries personnelles et/ou familiales dans les villes du Pays Basque éclate largement à ce moment pour ne pas disparaître presque jusqu’à la moitié du XXe siècle.

Armoiries des Rois Catholiques, et armories ecartelés de Nicolas de Guevara-Larraztegui dans son Palais à Segura

Armoiries des Rois Catholiques, et armories ecartelées de Nicolas de Guevara-Larraztegui dans son Palais à Segura

Il ne s’agit pas d’un élément épisodique, mais d’un mouvement tellement généralisé comme sera l’adoption des habitudes et goûts européens dans les costumes, l’architecture ou les usages sociaux.

Les familles, anciennes ou nouvelles, se situent aux points stratégiques des villes, ou bien construisent leurs maisons selon les goûts de la Renaissance, et dans lesquelles les armoiries ne manquent jamais aux façades.
Ce «mal de pierre» n’est qu’un autre visage d’un processus complexe, celui de la conquête de la distinction et de la réputation.

Dans des espaces urbains de taille limitée, où il n’est pas facile de dissimuler l’origine sociale ni de déguiser la récente prospérité économique parallèlement à la promotion sociale, la construction de Palais de famille aux proportions imposantes, décorés avec des armoiries élaborées (l’emploi d’armoiries écartelées, à la mode espagnole et basque, est là pour quelque chose), est une étape fondamentale dans le processus d’acceptation collective de cette prééminence à laquelle chacun aspire.

Mais pas seulement. Le palais armorié est la pointe d’un iceberg.
L’utilisation héraldique «architecturale» est la matérialisation d’une conviction exprimée, en parallèle ou au-dessus, de façon moins visible par la communauté dans des usages personnels (appareils ménagers, par exemple).
Les registres sociaux sont différents, et la famille les utilise à bon escient.

Les plus hardis parviennent à obtenir l’espace plus fort au point de vue symbolique que peut offrir la ville: la construction d’une chapelle familiale dans l’église principale, qui, dans pratiquement tous les cas, va être décorée avec un retable dans lequel seront incorporées les armoiries personnelles du promoteur.

Loyola

Armoiries de la maison de Loyola dans l’acte de fondation du “mayorazgo” (Azpeitia, 1536)

 

Dans une génération, l’utilisation des armoiries se propage rapidement pour devenir l’un des marqueurs sociaux avec une réussite des plus inattendues dans sa dimension. Cette difussion est parallèle et en rapport avec d’autres processus sociaux, tels que la définition progressive d’un statut territorial de noblesse collective, qui va devenir un facteur important de cohésion sociale; et, bien évidemment, avec la consolidation de cette élite urbaine, dont ses solides rouages favoriseront leur survie jusqu’à presque la fin du XIXème siècle.

La structure sociale de cette élite s’organise sur une base juridique solide, avec un fort ancrage dans la création de « mayorazgos » (sur le modèle du fideicomis de tradition romaine).

Dans la quasi-totalité de ceux-ci, figure la description des armoiries de la famille, dont l’exigence d’utilisation par le titulaire du droit d’aînesse est incorporée, ce qui en fait un élément de l’identité de la première importance sociale. Certains écrits intègrent le dessein même des armoiries (comme c’est le cas des Loyola, ci-joint).


F. Borja de AGUINAGALDE
Directeur des Archives Historiques du Pays Basque

 


borjaaguinagalde

(b. 1958)
Director of the Historical Archives of Euskadi.
Studies in the Basque Country, Spain, France and Italy
Author of works on files and education, family archives, social history and family (consulted on https://independent.academia.edu/borjaaguinagalde).

2 Responses

  1. Merci beaucoup pour cet article que j’ai lu avec beaucoup d’intérêt. Je trouve votre approche aux sources héraldique et leur utilisation pour mieux étudier l’histoire très pertinente. Ignorant l’histoire du Pays Basque, j’étais frappé par la rapidité du changement social au Pays Basques à la fin du Moyen âge. Comment peut-on expliquer ce changement subit, est-ce qu’il y a des influences de l’extérieur? Et si oui, est-ce que cette nouvelle utilisation des armoiries est-elle liée à ces mêmes influences ou est-ce que c’est un développement indépendant?
    En tout cas, ce que vous exposez dans votre contribution me semble un exemple par excellence du pouvoir des armoiries en tant que moyen d’expression et de communication. Ceci fait envie d’en découvrir plus!

    • Mon cher ami. Merci beaucoup par vos comentaires. A mon avis (est c’est justement l’objet de mes recherches) la question frappante est justement ça: les armoiries vont s’inscrire dans l’espace social trés rapidement pour acompagner un procesus de changement social. Changement que, de prés, n’est pas necessairement de ‘subtitution’ mais, plutôt, de ‘presentation’. C’est pour cette raison que les usages heraldiques sont si precieux en tant que signe. Pour les usages heraldiques, il-y-a des evidentes influences de l’exterieur; mais, en ce qui concerne le changemenent social, je suis plutôt de l’avis que l’evolution est plus local, bien qu’inscrit dan les espaces circondantes: la Castille, la Navarre, le grand comerce européen.
      J’espere continuer à contribuer à vôtre blog (que fait la joie des héraldistes…) avec d’autres exemples.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *