[Rapport:] « Batalha : lieu de mémoire de la dynastie d’Avis. À la recherche d’une vision intégrée du monument et de ses images » Bathala, 25-26 Septembre 2015

Photo de groupe des participants du colloque

Photo de groupe des participants du colloque

Au long de deux journées, le 25 et 26 septembre, le monastère de Batalha a accueilli le colloque « Batalha : lieu de mémoire de la dynastie d’Avis. À la recherche d’une vision intégrée du monument et de ses images » (programme ci-joint). Cette rencontre, organisée par Miguel Metelo de Seixas, Torsten Hiltmann, João Portugal et Joaquim Ruivo, est le premier colloque réalisé au sein du projet “In the service of the Crown. The use of heraldry in royal political communication in Late Medieval Portugal” (Instituto de Estudos Medievais / Faculdade de Ciência Sociais e Humanas / Universidade Nova de Lisboa; Universität Münster, projet “Die Performanz der Wappen” / Dilthey Fellowship), comptant sur le soutien du Mosteiro da Batalha et le financement de la Volkswagen Foundation.

Les objectifs de ce colloque

Plan de la chapelle par James Murphy (1794)

Plan de la chapelle par James Murphy (1794)

Le colloque a réuni 15 chercheurs de plusieurs universités portugaises et environ 60 participants qui sont venus pour en savoir un peu plus sur le monastère et sur le rôle que l’héraldique y joue. Le monastère de Batalha, en effet, a été depuis sa fondation au début du XVe siècle un lieu de mémoire privilégié : le roi Jean 1er, vainqueur d’Aljubarrota, érigea ce monument en mémoire de cette « bataille royale » (comme on l’appelait alors) et décida d’y fonder la nécropole de la nouvelle dynastie. Mais au fil des siècles le monastère compléta cette fonction par d’autres. Gardien des dépouilles d’une génération définie comme illustre (« ínclita geração ») par le poète Luís de Camões, le temple de Batalha fut associé depuis le XVIe siècle à l’âge d’or des Grandes Découvertes. Le XVIIIe le projeta en tant que monument gothique éminent (ce fut le premier monument européen à être intégralement réparé : James Murphy en publia les plans). Au cours du XIXe siècle, il est désigné comme « monument national » par excellence et soumis à la première campagne de restauration d’un monument public. Cette restauration se poursuivit durant le siècle suivant. C’est ici que fut placé, après la 1ère Guerre Mondiale, le tombeau du Soldat inconnu et la flamme de la Patrie.

On pourrait donc penser que le monastère de Batalha, étant donné le rôle qu’il a continuellement joué comme lieu de mémoire, a déjà été suffisamment étudié. Il n’en est rien : le colloque « Batalha : lieu de mémoire de la dynastie d’Avis » est venu prouver que l’édifice est bien loin d’avoir livré tous ses secrets. À vrai dire, le colloque a été le premier à rassembler historiens, historiens de l’art et héraldistes autour de ce monument, ayant comme fil conducteur l’idée de lieu de mémoire et l’analyse des images du monastère (aussi bien les images comprises dans l’édifice que les images graphiques ou descriptives du monastère), surtout celles de nature héraldique. L’héraldique a donc fourni le fil conducteur pour le renouvellement des connaissances sur ce lieu emblématique de la royauté portugaise.

Les formes de la représentation de la dynastie portugaise et l’héraldique royale au Moyen-âge

Tombe de Jean Ier

Tombe de Jean Ier

Le colloque a débuté avec Carla Varela Fernandes, qui a analysé les formes de représentation de la première dynastie royale portugaise qui, alliées au contexte doctrinaire (politique, religieux, moral) de la fonction royale, produisirent le cadre où surgit ce monument érigé en mémoire d’une victoire militaire et à la gloire de la deuxième dynastie, qui en retira sa légitimité. Puis João Portugal a défini les enjeux de l’héraldique royale à Batalha, insistant sur l’idée de perpétuation qui est sous-jacente à la présence héraldique dans l’espace sacré, et sur le fait que les vestiges héraldiques aujourd’hui visibles à Batalha ne sont qu’une partie d’un ensemble beaucoup plus vaste : il faut donc retracer l’héraldique telle qu’elle a existé, cherchant à comprendre les raisons de sa manutention, mais aussi celles de son effacement. Filipa Avellar a montré comment les textes épigraphiques établissent un lien étroit, pour ne pas dire intrinsèque, avec les armoiries et les devises des sépultures de Batalha ; elle a mis en parallèle deux caractéristiques se complétant : le caractère exceptionnel de l’héraldique des Avis à Batalha et la dimension de l’épitaphe de Jean 1er et de son épouse Philippa of Lancaster, le plus vaste que l’on trouve au Portugal. Enfin, Duarte Vilardebó Loureiro s’est exprimé sur la présence de l’héraldique non-royale à Batalha, montrant son caractère secondaire (car très restreint par rapport à la présence de l’héraldique royale) et subsidiaire, dans le sens où les rares ensevelissements non-dynastiques dans ce monastère appartiennent à des serviteurs très proches des princes : leur présence à Batalha transpose vers l’Au-delà une liaison hiérarchique mais aussi affective qui existait alors qu’ils étaient en vie.

Le monastère de Batalha comme lieu de mémoire au Moyen-âge

La deuxième journée a commencé par la proposition de Saul Gomes, qui a présenté Batalha comme un labyrinthe de mémoires. Labyrinthe, non pas dans le sens courant en tant qu’enjeu inextricable nous vouant à un égarement prévisible, mais comme la signalisation graphique, dans un manuscrit, qui conduit le lecteur vers la compréhension de ses points plus difficiles et essentiels. Batalha était ainsi un lieu où l’on cherchait à préserver les faits dignes de construire la mémoire dynastique. Le monastère royal finit par accueillir plusieurs projets successifs, qui s’y superposèrent, depuis celui de Jean 1er et de son fils Duarte, puis ceux des rois Alphonse V, Jean II, Manuel 1er et Jean III, et ceux des infants Pierre, Henri, Jean et Ferdinand. Les valeurs hiérarchiques et les différents objectifs n’empêchèrent pas (ou pas tout à fait) l’établissement d’un programme cohérent, qu’il faut lire par couches et à l’aide de son expression artistique mais aussi emblématique. Sans oublier la relation intense de ce programme avec les chroniques et les textes doctrinaires écrits à la même époque. C’est ce qui explique, comme l’a exposé Begoña Farré, la compréhension de la chapelle funéraire dite du Fondateur (où sont ensevelis Jean 1er et les infants, c’est-à-dire ses fils mâles non-héritiers de la Couronne) comme métaphore d’un royaume idéal, au sein duquel la famille royale fournit un modèle comportemental. L’art funéraire présent à Batalha, fortement imbu d’héraldique et d’emblématique, repose sur cette métaphore politique, qu’il exprime et édifie.P1010359

C’est pourquoi le monastère de Batalha fut conçu comme décor pour les événements funéraires royaux, qui débutèrent avec la cérémonie funèbre du roi Jean 1er, minutieusement programmée par son fils héritier Duarte, comme l’a montré Maria Helena Cruz Coelho : en une véritable mise-en-scène qui se prolongea sur plus de deux mois entre Lisbonne et Batalha. Ces funérailles concentrèrent les recours figuratifs de la Couronne, dont une intense exhibition héraldique intimement liée à la production de rites monarchiques dans un encadrement où s’interpénétraient les dimensions religieuse et laïque (pensons que le roi Duarte écrivit lui-même les lignes directrices qu’il voulait que le prédicateur prononçât lors des obsèques). Mais, comme le signalèrent plusieurs conférenciers, la nécropole royale se devait aussi d’être visible par ceux qui voulaient y rendre hommage au vainqueur d’Aljubarrota et à sa descendance : on y emmenait les ambassadeurs étrangers et les visiteurs renommés, mais tout un chacun pouvait s’y rendre pour contempler le magnifique monument érigé à la gloire de la dynastie.

Le rôle de l’héraldique et du programme artistique au Moyen-âge

Ce monument se composait d’ailleurs d’autres espaces plus ou moins « publics », dont les chapelles dites inachevées, nécropole voulue par le roi Duarte pour lui et pour sa descendance. Pedro Redol et Orlindo Jorge montrèrent comment l’archéologie et l’histoire de l’art peuvent s’unir pour fournir une analyse circonstanciée de cet espace complexe, car édifié au long d’un siècle avant d’être abandonné sans avoir accompli sa fonction originale, qui ne fut atteinte qu’au XXe siècle, tardivement et dans un tout autre contexte. Encore une fois, les armoiries et les devises viennent fournir une aide fondamentale pour l’étude de cet objet si difficile, simplement en considérant leur contribution qu’elles peuvent fournir pour l’identification et la datation. Ces deux auteurs ont d’ailleurs présenté le cas, jusqu’ici inconnu, d’une clef de voûte de la nécropole du roi Duarte aux armoiries royales d’Avis qui a été éraflée de façon à la rendre plus compatible avec la version corrigée depuis le règne de Jean II : on y retrouve donc la notion de correction héraldique appliquée à cet espace symbolique de la royauté.

La clef de voûte

La clef de voûte

Catarina Barreira a étudié les gargouilles de cette nécropole voulue par le roi Duarte, qui obéissent à un programme érudit mis en place sous le règne de ce roi puis repris, avec d’autres valeurs artistiques, par son petit-fils Manuel 1er. Ce programme s’inspire directement d’œuvres de doctrine morale produites au XVe siècle et il est intéressant de le comparer avec les devises des princes d’Avis : il se dégage une relation très proche entre la cohérence iconographique des gargouilles et celle de l’emblématique princière. La compréhension des objectifs dynastiques et doctrinaires du roi Manuel 1er pour la nécropole de Batalha se trouve d’ailleurs éclairée par la mise en parallèle avec un autre monument fondamental pour l’autoreprésentation de ce roi : la salle des armoiries du palais royal de Sintra.

Le monastère de Batalha comme lieu de mémoire à l’époque moderne et contemporaine

Le monument perdit sa fonction de nécropole royale précisément sous le roi Manuel 1er, qui préféra s’inhumer dans le monastère hiéronymite de Belém, à Lisbonne ; son fils Jean III fut le dernier à essayer de reprendre et compléter le programme de la nécropole du roi Duarte (pour s’y ensevelir lui-même ?). Toutefois, Maria João Pereira Coutinho nous a présenté une autre lignée, celles des Sousa, comtes de Miranda, eux-mêmes descendants illégitimes de la Maison royale, qui réussit à recevoir le privilège d’une chapelle funéraire située près du chœur de l’église ; cet espace fut rempli par d’imposants monuments sépulcraux, dont l’héraldique rendait évidente la liaison des Sousa à la dynastie royale. Par recours à la similitude héraldique et à l’art, et par le partage d’un espace jusqu’alors presque exclusif de la dynastie d’Avis, cette lignée noble cherchait à coller son image à celle de la royauté, particulièrement avec l’association avec ce qu’on commençait à considérer comme son « âge d’or ».

Sacristia 005Au XIXe siècle, comme l’a montré Miguel Metelo de Seixas, ce rapprochement s’intensifia. Le monastère de Batalha, ayant perdu sa fonction religieuse, fut considéré comme le « monument national » par excellence. L’historiographie romantique y décelait l’expression la plus pure de l’ « âme nationale », captée lors de ce moment exceptionnel où le Portugal, grâce à la dynastie d’Avis, s’était lancé dans l’aventure des Grandes Découvertes. Batalha formait, aux yeux de cette école, un superbe écrin de gloires nationales : c’est pourquoi on procéda à sa restauration (enlevant d’ailleurs tout ce qui semblait non-conforme à la « pureté » gothique du monument…). Au culte dynastique succédait ainsi le culte civique : on dégagea les accès au monument, on le prépara pour recevoir la visite de citoyens et d’étrangers qui pouvaient (ou devraient) se plonger dans la contemplation d’un passé glorieux. L’historien Vilhena Barbosa fut l’un des responsables pour la promotion du monastère de Batalha au rang de principal monument national. Il recourra souvent à l’héraldique comme instrument de datation des diverses parties du monument, renforçant aussi sa valeur comme instrument pédagogique, qui permettait de former les citoyens à un déchiffrement rapide et efficace du message contenu dans la pierre.

L’iconographie, l’héraldique et les inscriptions comme formes complémentaires de l’image royale

Finalement, le monument de Batalha a été comparé, tout au long du colloque, à d’autres sources d’autoreprésentation de la dynastie d’Avis. Pedro Flor a parlé du portrait de Jean 1er (déposé au Museu Nacional de Arte Antiga à Lisbonne) premier portrait royal connu au Portugal ; l’auteur a établi les liaisons entre l’iconographie, l’héraldique et les inscriptions comme formes complémentaires de définition de l’image royale. Il a renforcé l’idée que ces codes remplissaient une fonction complémentaire les uns par rapport aux autres : leur étude ne saurait donc s’établir séparément ; du moins si l’on veut en avoir une vision complète et intégrée. Alice Santos a renforcé cette même idée par la présentation du premier armorial connu produit par un auteur Portugais, lui aussi lié au roi Jean 1er : il s’agit du manuscrit De Ministerium Armorum compilé par le héraut Constantinople en mémoire du concile de Constance. Cet ouvrage allie la dimension héraldique (partie théorique et historique sur la fonction des hérauts, partie armoriale de représentation des armoiries des pays d’Europe et des écus des participants au concile) à celle de parcours géographique. Il s’agirait, dans ce sens, d’une forme d’intégration de la monarchie portugaise dans le contexte plus vaste de la Chrétienté : ce que quelques armoriaux postérieurs chercheront aussi à développer. Une relation s’établit tout de suite avec les pratiques funéraires de Jean 1er, au cours desquelles furent exhibés les drapeaux des principaux royaumes « amis » du Portugal ; et avec la frise héraldique de la chapelle funéraire du cardinal Jaime de Portugal en l’église de San Miniato al Monte, à Florence (que le projet étudiera ensuite). Ana Lemos, à son tour, a montré la complexité de l’analyse du livre d’heures du roi Duarte, lui aussi fruit d’un parcours « européen » entre France, Flandre et Portugal : la codicologie, la diplomatique, l’iconographie et l’héraldique doivent être mises au service de l’étude de ce manuscrit ; qui est d’ailleurs à mettre en rapport, sous plusieurs aspects, avec la dimension iconographique, emblématique et épigraphique du monastère de Batalha.

Conclusions

Les conclusions du colloque ont donc pointé le profit de porter un regard intégré sur ce monument. Il faut l’étudier comme un « labyrinthe de mémoires » pour reprendre l’expression de Saul Gomes : un édifice à la stratigraphie complexe, où se superposent les projets, les constructions et les destructions involontaires et volontaires. Un monument où s’inscrivent et parfois s’effacent les messages et les époques ; où des liens et parfois des jeux s’établissent entre les instruments variés de représentation et de perpétuation du pouvoir royal, de sa relation avec le monde sacré et le monde profane, avec l’Au-delà et l’En-deçà. Un monument qui, par sa richesse et par sa complexité mêmes, ne doit être étudié que d’une façon intégrée. Ce colloque a servi à montrer que le trait d’union qui rassemble toutes ces formes d’expression, qui leur confère leur performance, c’est l’héraldique. D’où sa profusion à Batalha, ou devrait-on dire son omniprésence dans ce lieu de mémoire ?

Le monastère de Batalha

Le monastère de Batalha

Projets à venir

Comme résultat du colloque, dans le cadre du projet « In the Service of the Crown », deux publications sont prévues qui se penchent spécifiquement sur le monastère de Batalha. D’une part, les coordinateurs du projet et João Portugal feront un compte-rendu élargi des échanges de vues et chercheront à rédiger les conclusions scientifiques de ce colloque. D’autre part, on publiera un guide héraldique du Monastère de Batalha, en édition bilingue, qui permettra aux visiteurs de comprendre ce niveau sémiologique du bâtiment.

Hors du projet, les participants au colloque ont été unanimes dans l’espoir de voir naître prochainement une œuvre conjointe sur le Monastère, matérialisant la perspective transdisciplinaire vécue pendant ces jours à Batalha et accueillant les apports de spécialistes dans les divers domaines concernés, pour atteindre ainsi une vision intégrée du monument et de ses images…

Miguel Metelo de Seixas

João António Portugal

Cite the article as: Miguel Metelo de Seixas, "[Rapport:] « Batalha : lieu de mémoire de la dynastie d’Avis. À la recherche d’une vision intégrée du monument et de ses images » Bathala, 25-26 Septembre 2015", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 07/10/2015, Internet: https://heraldica.hypotheses.org/3681.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *