[Paper:] Julie Marquer (Lyon): Les salles d’apparat de l’Alcazar du roi Pierre Ier à Séville (XIVe siècle)

Une salle d’appartat à l’Alcazar de Séville (photo: Julie Marquer)

L’Alcazar de Pierre Ier de Castille construit à Séville entre 1356 et 1366 constitue un bon exemple du rôle que peut jouer l’architecture dans le renforcement du pouvoir royal. L’historien de l’art Juan Carlos Ruiz Souza et l’architecte Antonio Almagro, ont montré que les palais de ce roi sont au coeur de son projet politique qui consiste à renforcer et centraliser le pouvoir royal.
Dans la lignée de ces travaux, il s’agira d’analyser dans un premier temps comment la typologie, l’ornementation et la mise en scène architecturales des salles d’apparat de l’Alcazar de Pierre Ier permettent de mettre en valeur la personne royale. Ces salles sont au nombre de trois : la Salle dite de la Demi-Orange, la Haute Chambre Royale et la Chambre de la Chasse à Courre qui n’a pas été achevée. Nous nous concentrerons donc sur les deux premières, en soulignant le rôle des différents éléments aptes à la représentation du pouvoir : la qubba ou structure de plan carré recouverte d’une coupole, les mocárabes (éléments décoratifs en forme de nid d’abeille), les inscriptions ornementales arabes et les blasons de la monarchie castillane. La plupart de ces éléments hérités de l’architecture islamique sont déjà intégrés en Castille lorsque Pierre Ier construit ses palais. Leur choix correspond donc à une mode mais aussi à la volonté du commanditaire royal de sélectionner des motifs appropriés à l’image qu’il veut donner de lui. De plus, la proximité avec le royaume de Grenade, vassal du roi chrétien, explique également la présence d’un grand nombre de symboles partagés avec le voisin musulman, notamment la devise nasride « wa-lā ġāliba illà-llāh » (« il n’est d’autre vainqueur que Dieu ») et le blason castillan de l’ordre de l’Echarpe qui présente de grandes similitudes avec le blason nasride. Ce partage de symboles de pouvoir illustre les échanges entre les deux cours mais aussi la rivalité qui perdure dans la course à l’hégémonie.
Bien qu’il existe très peu de sources concernant les artisans qui sont intervenus dans l’Alcazar, l’inscription arabe commémorant sa fondation nous fournit quelques éléments sur leur provenance et sur le nom de l’architecte en chef.
Après ces considérations liées à la question de l’intention du commanditaire et des facteurs ayant favorisé le choix des éléments architecturaux et leur réalisation, nous nous intéresserons à la réception de cette architecture par l’entourage et les invités. Qui pénétrait dans ces salles d’apparat ? Comment les ambassadeurs ou princes musulmans réfugiés à la cour de Pierre Ier pouvaient percevoir les inscriptions arabes et la devise nasride arborées sur les murs de ces lieux ?
La question du destinataire semble a priori essentielle puisque la représentation architecturale constitue un précieux instrument de propagande, en cherchant à impressionner, faire adhérer, intimider. Néanmoins, nous mettrons en évidence les paradoxes propres à cette propagande architecturale, notamment à travers l’exemple des écritures d’apparat qui véhiculent un message apparemment destiné à être lu mais parfois impossible à déchiffrer.

Note biographique

Docteur en Etudes Romanes de l’Université Paris Sorbonne depuis 2014, j’enseigne l’espagnol à l’Université Lyon 1. Mes recherches portent sur les relations politiques et culturelles entre monde musulman et monde chrétien en péninsule ibérique médiévale. La partie la plus importante de ma thèse (« Propagande politique et Islam d’Occident sous le règne de Pierre Ier de Castille (1350-1369) ») a consisté à montrer comment formes artistiques et contenus symboliques hérités de l’Islam sont intégrés et réinterprétés dans les palais de Pierre Ier, et comment ceux-ci jouent un rôle très important dans la représentation du pouvoir royal castillan.


This paper will be presented at the international conference:

State-Rooms of Royal and Princely Palaces in Europe (14th-16th c.): Spaces, Images, Rituals – Lisbon/Sintra, 15-17 March 2017 (link)

which aims to put the Sala dos brasões in Sintra in its European context as a royal/princely state-room. It is a follow up to the “Heraldry in Medieval and Early modern State-rooms” held in March 2016 in Münster, which, for its part, focused on the heraldic décor of medieval and early modern state-rooms as such.


Cite the article as: Torsten Hiltmann, "[Paper:] Julie Marquer (Lyon): Les salles d’apparat de l’Alcazar du roi Pierre Ier à Séville (XIVe siècle)", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 20/02/2017, Internet: https://heraldica.hypotheses.org/5401.

Torsten Hiltmann

Torsten Hiltmann is Juniorprofessor for the High and Late Middle Ages and Auxiliary Sciences at the University of Münster. He is interested in new approaches to late medieval and early modern heraldry, the medieval notion of kingship and the methods and technologies of Digital Humanities. On hypotheses.org, he is maintaining, among others, the blog “Heraldica Nova”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *