[Paper:] Solveig Bourocher (Tours): Les décors intérieurs et extérieurs de la grande salle du logis ducal de Loches au service du pouvoir de Louis Ier d’Anjou (1370-1378)

Scène de combat entre un homme et un lion, cul-de-lampe du centre de la façade septentrionale du corps de logis sud du château de Loches (photo: Solveig Bourocher)

Après avoir reçu de son frère, le roi Charles V, le duché de Touraine en 1364, Louis Ier d’Anjou engagea la construction d’un palais neuf dans l’enceinte du château de Loches (France, Indre-et-Loire). De cette résidence princière, il reste aujourd’hui un corps de logis prolongé par une tour circulaire et une grande terrasse édifiée sur les voûtes d’une rampe cavalière. L’étude archéologique de l’ensemble, menée dans le cadre de ma thèse de doctorat en histoire de l’art, a permis de restituer la configuration originelle des pièces et notamment de la grande salle de 150 m2, chauffée par une large cheminée disposée à l’opposée de l’entrée d’honneur et éclairée par cinq fenêtres à croisée à double traverse et coussièges.

La grande salle était couverte d’une charpente en berceau lambrissé qui culminait à 11,50 m de hauteur. Les bois apparents étaient sculptés avec attention tels que les poinçons traités à la manière de colonnes. Si les lattes du lambris ont toutes disparu, les fragments de peinture préservés dans les combles actuels rendent compte d’un décor original : un faux-appareil de couleur rose, aux joints blancs rehaussés d’un liseré rouge et s’achevant, le long des aisseliers courbes de la charpente, par une bande alternant des motifs géométriques et des blasons entourés d’une bordure de gueules, sans doute ceux de Louis Ier d’Anjou. Ce décor symbolique inscrit sur la pierre était vraisemblablement amplifié par le décor éphémère constitué des tentures et du mobilier du duc dont les inventaires témoignent de la richesse.

Mais à l’extérieur, seule l’architecture marquait le pouvoir du prince. Les deux façades tournées vers la ville et la forêt furent savamment orchestrées pour impressionner l’arrivant jusqu’à son entrée par la rampe cavalière. Les travées régulières sont séparées par de fines tourelles crénelées réunies par une coursière rappelant les chemins de ronde militaires et insistant sur le statut princier du propriétaire. Une guette en encorbellement, au centre du pignon, est quant à elle portée par un cul-de-lampe sculpté et peint d’une scène de chasse ou de combat entre un homme et un lion. Faut-il y voir Alexandre le Grand, modèle princier par excellence ? Ou peut-être, alors que la guerre de Cent Ans faisait rage, une allégorie de la victoire de Louis Ier d’Anjou sur les Anglais ? En effet, le duc qui s’était illustré dans des batailles en Guyenne juste avant la construction de son palais lochois aurait pu souhaiter représenter ce message glorifiant face à la ville de Beaulieu qui fut prise par les Anglais au milieu du XIVe siècle alors que Loches avait résisté.

D’ailleurs, la grande salle était le pendant parfait de la chapelle ducale (symétrique et de même superficie !) découverte récemment en fouilles et dédiée au roi saint Louis, autre modèle princier et royal… On peut donc se demander si l’ensemble du programme avait été conçu en vue d’une nouvelle unité du royaume et de la reconquête de l’idéal de cour puisque Charles V confia dès 1374 la régence du royaume à Louis Ier d’Anjou.

Note biographique

A.T.E.R. à l’université de Tours, j’ai soutenu ma thèse de doctorat en histoire de l’art sous la direction d’Alain Salamagne au Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance le 6 novembre 2015 : Le « Logis Royal » du château de Loches depuis le XIVe siècle : l’essor d’une résidence ducale puis royale dans le Val de Loire (Félicitations du jury). Ma recherche sur l’architecture résidentielle entre les XIVe et XVIe siècles s’appuie sur l’analyse des sources archivistiques, l’étude stylistique et archéologique pour traiter des acteurs du chantier, du déroulement des constructions, des choix distributifs ou de la restitution des décors.

Principales publications

  • « Les logis royaux de Loches : une résidence de villégiature », Bulletin de la Société des Amis du Pays du Lochois, Joué-lès-Tours, 2016, n°31, p. 122-127.
  • « Les logis des châteaux de Chinon et de Loches : deux résidences royales du XVe siècle en Touraine », Chatenet (M.) et De Jonge (K.) (dir.), Le prince, la princesse et leurs logis. Manières d’habiter dans l’élite de l’aristocratie européenne (1400-1700), Picard, Paris, 2014, p. 23-32.
  • « Les Logis Royaux de Chinon au XVe siècle », Salamagne (A.), Kerhervé (J.) et Danet (G.) (dir.), Châteaux et modes de vie au temps des ducs de Bretagne XIIe-XVIe siècle, PUFR, 2013, p. 227-246.
  • « La reine Marie d’Anjou : commanditaire des travaux du château de Chinon au milieu du XVe siècle ? », Fagnart (L.) et L’Estrange (E.) (dir.), Le mécénat féminin en France et en Bourgogne, XVe-XVIe siècles. Nouvelles perspectives, Le Moyen âge : revue d’histoire et de philologie, t. 117, fasc. 3-4, 2011, p. 497-506 : https://www.cairn.info/revue-le-moyen-age-2011-3-page-487.htm.
  • « L’apport des sources écrites à la compréhension des logis dans les châteaux de la fin du Moyen Âge », Revue archéologique du Centre de la France, 2009, Tome 48, p. 235-237, mis en ligne le 25 février 2010 : http://racf.org/index1355.html.

This paper will be presented at the international conference:

State-Rooms of Royal and Princely Palaces in Europe (14th-16th c.): Spaces, Images, Rituals – Lisbon/Sintra, 15-17 March 2017 (link)

which aims to put the Sala dos brasões in Sintra in its European context as a royal/princely state-room. It is a follow up to the “Heraldry in Medieval and Early modern State-rooms” held in March 2016 in Münster, which, for its part, focused on the heraldic décor of medieval and early modern state-rooms as such.


Cite the article as: Torsten Hiltmann, "[Paper:] Solveig Bourocher (Tours): Les décors intérieurs et extérieurs de la grande salle du logis ducal de Loches au service du pouvoir de Louis Ier d’Anjou (1370-1378)", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 24/02/2017, Internet: http://heraldica.hypotheses.org/5455.

Torsten Hiltmann

Torsten Hiltmann is Juniorprofessor for the High and Late Middle Ages and Auxiliary Sciences at the University of Münster. He is interested in new approaches to late medieval and early modern heraldry, the medieval notion of kingship and the methods and technologies of Digital Humanities. On hypotheses.org, he is maintaining, among others, the blog “Heraldica Nova”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *