[Paper:] Marie Koehn (Strasbourg, F / Münster, D): Décor de table et mise en scène du pouvoir princière. Le mariage de Charles le Téméraire (1468)

Tirage couleur du Prinsenhof, résidence des ducs de Bourgogne à Bruges, tiré de Flandria illustrata d’Antonio Sanderus, Cologne, 1641. (via wikimedia)

Charles le Téméraire est connu pour son déploiement de faste représentatif ; la cour de Bourgogne marque l’apogée de la culture de cour au moyen âge. Pour manifester le pouvoir et l’autonomie de la jeune dynastie entre la France et le Saint Empire et pour unifier un territoire très hétérogène, le Duc de Bourgogne mit en place une autoreprésentation élaborée et splendide tout au long de son règne. Les festivités, comme les entrées solennelles, les mariages ou les fêtes de l’ordre de la Toison d’or étaient comblées de décorations pour montrer sa magnificence, sa splendeur et sa supériorité.

À l’occasion de son mariage avec Marguerite de York en 1468, pendant une semaine entière s’enchainèrent dans la ville de Bruges des joutes, des spectacles et de grands banquets. Charles le Téméraire profita de cet évènement pour assoir sa puissance aux yeux de toutes les cours d’Europe. Chaque jour des banquets étaient donnés dans une salle d’apparat spécifiquement construite pour l’occasion sur la place du jeu de paume devant la résidence ducale. Son caractère éphémère n’avait rien à envier aux salles d’apparat des plus grands palais : des plafonds couverts d’un ciel drapé de bleu et de blanc pendaient des chandeliers à taille humaine par jeu de miroir et des tapisseries relatant l’histoire de la toison d’or ornaient les murs. Dans ce décor se jouait la cérémonie des banquets aux plats spectaculaires à la signification hautement symbolique – des cygnes dorés, des châteaux de pâté avec les armoiries du Duc… – et des scènes théâtrales chargées de messages politiques animaient les longs repas.

Différentes sources nous permettent de comprendre l’intention du duc : Les comptes de la cour de Bourgogne nous donnent des informations précieuses sur les commandes de décors qui ont été faites pour les cérémonies. Le récit d’Olivier de la Marche, chargé de l’organisation du mariage, nous offre une sorte de scénario qui dessine en détail les différents aspects décoratifs de l’autoreprésentation ducale. Mais cette mise en scène était-elle comprise par ses contemporains ? Qui savait interpréter ce faste représentatif ? Les invités des festivités nous montrent par leurs récits des points de vue différents : Le scribe de la ville ne voit et ne commente pas forcément la même chose que le héraut anglais ou le petit noble assis au dernier rang.

Nous allons voir comment cette salle d’apparat éphémère et son décor s’intègrent dans le spectacle de l’autoreprésentation de Charles le Téméraire et surtout de quelle manière les armoiries y jouaient un rôle important : Comment les spécificités de la communication héraldique étaient-elles utilisées dans ce décor pour rendre le message politique du duc plus accessible ?

Notice biographique

Marie Koehn a étudié le français et l’histoire aux universités de Münster et de Varsovie. Son mémoire de Master qu’elle a réalisé dans le cadre du projet de recherche « La performance des armoiries – Die Performanz der Wappen. Zur Entwicklung von Funktion und Bedeutung heraldischer Kommunikation in der spätmittelalterlichen Kultur » porte sur la communication héraldique pendant les fêtes de mariage de Charles le Téméraire et Marguerite de York à Bruges 1468. Actuellement, elle travaille pour le département d’études allemandes à l’université de Strasbourg.


This paper will be presented at the international conference:

State-Rooms of Royal and Princely Palaces in Europe (14th-16th c.): Spaces, Images, Rituals – Lisbon/Sintra, 15-17 March 2017 (link)

which aims to put the Sala dos brasões in Sintra in its European context as a royal/princely state-room. It is a follow up to the “Heraldry in Medieval and Early modern State-rooms” held in March 2016 in Münster, which, for its part, focused on the heraldic décor of medieval and early modern state-rooms as such.


Cite the article as: Torsten Hiltmann, "[Paper:] Marie Koehn (Strasbourg, F / Münster, D): Décor de table et mise en scène du pouvoir princière. Le mariage de Charles le Téméraire (1468)", in: Heraldica nova. Medieval Heraldry in social and cultural-historical perspectives (blog on Hypotheses.org), published: 13/03/2017, Internet: http://heraldica.hypotheses.org/5563.

Torsten Hiltmann

Torsten Hiltmann is Juniorprofessor for the High and Late Middle Ages and Auxiliary Sciences at the University of Münster. He is interested in new approaches to late medieval and early modern heraldry, the medieval notion of kingship and the methods and technologies of Digital Humanities. On hypotheses.org, he is maintaining, among others, the blog “Heraldica Nova”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *