Armoiries et insignes d’Ezzelino da Romano, tyran de Padoue: une équivoque qui a la vie dure

Fig. 1: Francesco Antonibon (1809-1883), Ezzelino siégeant en cour de justice, huile sur toile, Musée de Bassano del Grappa (avec l’aimable autorisation de MBA ,Musei Biblioteca Archivio di Bassano del Grappa. Reproduction interdite par quelque moyen que ce soit)

Autruche à crête tenant dans son bec un fer à cheval. Cimier ouvert avec couronne, prérogative des grandes familles, croix sur la partie antérieure du cimier, signe que la famille a participé aux Croisades, le bleu étant la couleur des croisés italiens. L’écu est parti: les lys sont un élément caractéristique des Guelfes et ont peut-être été adoptés par Ezzelino le Bègue; les Gibelins utilisaient le lys ouvert. Les bandes représentent les rubans que les dames donnaient aux chevaliers quand ils entraient en lice. L’or et le vert sont les couleurs des Gibelins.1

Telle [voir image 2] est la description que Pompeo Litta donne des armes d’Ezzelino da Romano dans son ouvrage consacré aux familles nobles italiennes qui tire ses informations de documents et d’études publiés en 1799 dans la Storia degli Ecelini (Histoire des Ezzelino) de Giambattista Verci.
Ce dernier avait placé dans son ouvrage la reproduction d’un bas-relief portant les armes d’Ezzelino surmontées du cimier qui à la fin du XVIII se trouvait encore dans la loggia de la cour centrale du “château d’Ezzelino” à Padoue. Un bas-relief semblable à celui qui est exposé actuellement au Museo Civico de la ville [voir image 3].

Fig 2: Armes et Cimier d’Ezzelino da Romano Ezzelino publié par Litta, 1820 https://bit.ly/2RJjGYp

Avec ces armoiries en couleurs, Pompeo Litta fournit un élément fondamental pour l’iconographie ezzelinienne, chère à la peinture romantique italienne de l’époque du Risorgimento [voir image 1]. Le cimier portant une autruche tenant dans son bec un fer à cheval est constamment indiqué comme signe distinctif du tyran lequel est représenté barbu et renfrogné. Dans les armoiries de deux communes de l’Italie du Nord – Romano d’Ezzelino (Vicenza) e San Zenone degli Ezzelini (Treviso) – figurent également la tête d’autruche (ou de cygne) tenant dans son bec un fer à cheval.
Mais, comme le montre un autre spécialiste d’histoire locale, il ne s’agit pas des armoiries des Ezzelino (ou des Da Romano ou des Da Onara, différents noms portés par cette famille qui s’éteignit en 1260 après l’assassinat des derniers parents d’Ezzelino, tyran de Padoue de 1237 à 1259). En 1896, Francesco Franceschetti relit les sources et les témoignages littéraires cités par Verci, discutables du point de vue historique, et exclut qu’il s’agisse des armoiries d’Ezzelino. Selon lui, il pourrait s’agir en fait de celles de Louis le Grand (prince angevin, roi de Hongrie de 1342 à 1382), ami et allié de Francesco da Carrara (seigneur de Padoue de 1350 à 1389).

Le château de Padoue: Ezzelino, Les Da Carrara, Venise

Fig.3: Armoiries de Louis D’Anjou roi de Hongrie. Bas-relief en pierre de Nanto provenant du château de Padoue, Musei Civici agli Eremitani, Padoue (avec l’aimable autorisation de la Ville de Padoue – Assessorato alla Cultura)

Le “château d’Ezzelino” à Padoue, dont ne subsistent que quelques vestiges, était beaucoup plus petit que l’édifice construit par la suite au même endroit par les da Carrara entre 1374 et 1378. Transformé en prison en 1804, abandonné en 1991 il est actuellement en restauration depuis 2004. La République de Venise, qui domina Padoue de 1405 à 1797, mena une politique de damnatio memoriae si profonde vis-à-vis des da Carrara déchus, qu’au XX siècle encore le “château de Padoue” était considéré et connu comme le “château d’Ezzelino”: par conséquent, les armoiries surmontées du cimier à tête d’autruche, visibles dans cette forteresse, ne pouvaient qu’être celles d’Ezzelino. Verci n’eut aucun doute, ni Litta d’ailleurs, mais Franceschetti se posa quelques questions justement en analysant le bas-relief (datant selon lui au moins du siècle suivant c’est-à-dire du XIVe s.) tant au niveau du style du cadre que de la forme de l’écu. Et il trouva une confirmation de ses hypothèses dans deux autres réalisations artistiques. Telle est selon nous la donnée la plus intéressante qui est à l’origine de l’équivoque entretenue aux XVIIIe et XIXe siècles (Verci et Litta), de l’hypothèse de Franceschetti et de sa confirmation. Il n’existe pas de documents écrits mais des oeuvres d‘art, des objets aujourd’hui présentés dans des musées parmi lesquels se trouvent le bas-relief [voir image 3], le armoriale de Gelre, le fragment d’un grand fermoir de chape liturgique [voir image 5] ou encore l’arche de Saint Siméon.
Au cours des derniers travaux de restauration ont été mis au jour d’importants fragments de fresques décorant le château des da Carrara [voir image 4], en particulier une pièce portant en alternance sur ses murs les armoiries bipartites et le cimier d’autruche: un témoignage iconographique des armes de Louis de Hongrie qui rend plus “lisible” le bas-relief en pierre de Nanto, aujourd’hui passablement dégradé. Les armes de ce souverain étranger présentes dans le château des da Carrara à Padoue manifestent la gratitude et la reconnaissance desdits seigneurs envers cet allié royal qui en diverses occasions avait fourni une aide y compris matérielle.

Les armoiries de Louis le Grand roi angevin de Hongrie, origine et signification

Fig. 4: Fresques du château des Da Carrara à Padoue (photographie Archivio Comitato Mura di Padova)

Les armoiries peintes dans le château consistent en un écu parti (bouclier à plaque avec emplacement pour la lance , caractéristique du XIV siècle): la partie dextre est fascée de gueules et d’argent, la partie sinistre est d’azur semée de lys d’or. Il s’agit des armes de la branche des Angevins qui gouverna le Royaume de Hongrie pendant près d’un siècle, succédant à la première dynastie régnante, celle des Árpád. (Saint) Etienne Árpád est couronné premier roi de Hongrie en 1000; le dernier souverain de la dynastie, André III, meurt en 1301. Après dix ans de troubles, accèdent au trône les Angevins: Charles Robert d’Anjou (1310-1342), fils de Charles II roi de Naples et de Marie Árpád, son fils Louis le Grand (1342-1382), sa fille, Marie (1382-1395).
L’ascendance Árpád est rappelée par les bandes rouges et blanches tandis que les lys d’or sur champ d’azur indiquent l’appartenance à la maison d’Anjou. Le cimier du heaume est constitué de deux plumes d’où sort une tête d’autruche couronnée qui tient dans son bec un fer à cheval. La signification de ce symbole héraldique renvoie au renforcement du pouvoir royal et à l’abaissement des barons qui avaient sous leur coupe une grande partie du royaume de Hongrie, processus entamé par Charles Robert et poursuivi avec des résultats appréciables par son fils Louis. Selon une croyance médiévale, l’autruche peut terrasser le cheval: cet animal qui symbolise les barons a déjà été avalé par l’énorme oiseau couronné (sans crête, à la différence de celui dessiné par Verci), symbole du souverain, et il n’en est resté que le fer dépassant du bec. Le cimier à tête d’autruche mais aussi l’autruche entière, indépendamment du heaume, portant toujours un fer à cheval dans son bec, est visible sur certaines monnaies de Charles Robert mais devient bien vite la “signature” du roi Louis le Grand. Il s’agit d’une image éloquente de sa politique intérieure mais aussi un avertissement en direction de ses sujets que l’on retrouve sur ses monnaies mais aussi sur son sceau secret et sur tout autre objet susceptible de porter la signature du roi.

Les armoiries de Louis II le Grand: témoignages iconographiques

Une des plus belles représentations des armoiries surmonté du cimier est celle que l’on trouve dans l’armorial de Gelre, réalisé entre 1370 et 1395. Il s’agit de la première confirmation de l’intuition de Franceschetti. Les armoiries hongroises représentent l’archiroyaume de Hongrie au temps de Louis II le Grand. Elles comprennent les symboles de la Pologne (l’aigle) et de la Dalmatie (les trois têtes de Léopard couronnées).

Fig. 5: Armoiries de Louis D’Anjou roi de Hongrie. Fragment de fermoir de chape, trésor de la cathédrale d’Aix la Chapelle (Wikimedia Commons)  https://en.wikipedia.org/wiki/Louis_I_of_Hungary#/media/File:Polish_Angevin_coat_of_arms.jpg

Le fragment d’un grand fermoir de chape liturgique en argent, en partie doré ciselé et emaillé portant les armes hongroises surmontées du cimier à autruche, est un véritable chef d’oeuvre d’orfèvrerie. Il s’agit d’une pièce offerte pour la chapelle hongroise d’Aix la Chapelle fait contruire par ce même roi en 1367.

La châsse de Saint Siméon est la plus importante et la plus fastueuse réalisation de l’orfèvrerie médiévale à Zadar, commandée par la reine Elisabeth, épouse de Louis le Grand et destinée à accueillir les reliques du saint. Les bas-reliefs sur les lames d’argent qui recouvrent la châsse de bois illustrent des scènes de la vie du saint et l’entrée du roi Louis de Hongrie à Zadar en 1358. Ses armoiries à cimier et tête d’autruche y sont également présentes à plusieurs endroits.

Un bas-relief en marbre rouge représentant le casque avec son cimier découvert au cours des premières fouilles réalisées au XIXe siècle dans les vestiges de la basilique royale de Székesfehérvár (Hongrie), constituait une partie de la décoration héraldique de la chapelle funéraire des Anjou construite par le roi Louis le Grand. Il est conservé dans le musée local. On trouve ce même type de représentation sur des carreaux d’un poële en céramique provenant de l’aile sud du chateau de Buda construit à l’époque de Louis le Grand à partir de 1370 dans le cadre de travaux d’agrandissement du palais royal. Ces carreaux sont conservés au Musée Historique ainsi que de nombreux fragments de la décoration gothique du château mis au jour au XXe siècle.

Les armoiries d’ Ezzelino da Romano et les insignes de Louis d’Anjou

L’étude de Franceschetti qui, comme nous l’avons vu, fut le premier à mettre en doute l’interprétation de Verci et Litta en proposant pour les armoiries à cimier d’autruche le nom de Louis d’Anjou roi de Hongrie fut par la suite reprise, confirmée et renforcée par Nicolò De Claricini Dornpacher. Ce dernier, dans un essai approfondi, tente de préciser où étaient placées à l’origine les armes du roi de Hongrie dont on a connaissance, au total quatre, et dont aujourd’hui ne subsiste qu’un exemplaire conservé au musée historique.
Les armoiries que Verci et Litta attribuent aux Ezzelino font désormais partie de l’iconographie de cette famille et ont, en tant que telles, une grande importance pour la lecture du “mythe d’Ezzelino” et de ses représentations en particulier au XIXe siècle. Mais cette attribution n’est aujourd’hui plus acceptable.
Notre cher Ezzelino n’a donc plus d’armoiries? Bien sûr que non! Le comte De Claricini Dornpacher n’oublie pas le tyran: dans la même étude, par le biais d’un examen attentif des sources et des manuscrits de la Biblioteca Civica di Padova, il définit dans un deuxième temps les véritables armes de la famille d’Ezzelino da Romano, qui devaient être en fait des bandes d’or sur sinople. Il n’y a pas des traces d’un cimier.

Comme cette brève étude nous l’a montré, identifier des représentations des armoiries personnelles de Louis le Grand permet également, à l’aide des quelques vestiges arrivés jusqu’à nous, d’avoir une idée de la richesse de la production artistique et de la vivacité culturelle caractérisant la cour des Anjou sous le règne de ce souverain. Une cour brillante comparable, par exemple, à celle des da Carrara. François l’Ancien et Louis le Grand représentent vraiment deux personnages de grande envergure politique et culturelle qui ont, par leur personnalités et leurs réalisations, marqué deux territoires: Padoue et le royaume de Hongrie de la fin du Moyen-Age à l’aube de la Renaissance.

Bibliographie:

G.B. Verci, Storia degli Ecelini, Bassano del Grappa, 1789, tomo I, pp. 189-191
P. Litta, Famiglie celebri d’Italia, Milano, 1820, vol. II
F. Franceschetti, Sul creduto stemma gentilizio degli Ezzelini, in “Giornale araldico-genealogico diplomatico”, XXIV (1896), pp. 1-8
N. De Claricini Dornpacher, Lo stemma dei Da Onara o Da Romano. Studio storico-critico, Padova, 1906
C. Bertelli e G. Marcadella, Ezzelini. Signori della Marca nel cuore dell’Impero di Federico II, Skira, Milano 2001
G e B. Gatari, Cronaca carrarese, in Rerum Italicarum scriptores, vol XVII, Città di Castello, 1932
“Padova e il suo territorio”, n. 138, aprile 2009 (numéro consacré au château des da Carrara à Padoue avec des contributions sur les peintures murales cf en particulier: A. Spiazzi, Pitture murali nel castello carrarese, pp. 18-20; P. Dal Zotto, Luigi il Grande, re d’Ungheria, nel castello carrarese, pp. 21-24.) (revue en version numérique: http://www.padovaeilsuoterritorio.it/?s=138 )
I. Bertényi, Kis magyar címertan [Petite grammaire héraldique hongroise], Budapest, 1983
L’Europe des Anjou: aventure des princes angevins du 13. au 15. siecle, Paris, 2001 (cat. Exposition abbaye de Fontevraud, 2001)
N. Jakšić, Committenze artistiche sulle coste adriatiche nel Medioevo, in “Patrimonio di Oreficeria Adriatica”, anno 1, n. 1, 2007, internet: http://www.oreficeriadriatica.it/index.php/archivio-articoli/anno1n1/8-2-geografie/commissioni-artistiche-sulle-coste-adriatiche-nikola-jaksic
Nagy Lajos király kora, 1342-1382 [L’époque de Louis le Grand, 1342-1382], Székesfehérvár, 1982 (cat. Exposition István király Múzeum, Székesfehérvár; 1982/83)
D. Dercsény, Nagy Lajos kora [L’époque de Louis le Grand], Budapest, 1990 (réimpression de l’édition de 1941)
P. Dal Zotto, Stemma e insegne di Ezzelino: un persistente equivoco, 2009, internet: http://www.muradipadova.it/lic/il-castello-di-padova/il-castello-di-ezzelino/lo-stemma-di-ezzelino.html

Cite the article as: Patrizia Dal Zotto, "Armoiries et insignes d’Ezzelino da Romano, tyran de Padoue: une équivoque qui a la vie dure", in: Heraldica Nova: Medieval and Early Modern Heraldry from the Perspective of Cultural History (a Hypotheses.org blog), published: 09/11/2018, Internet: https://heraldica.hypotheses.org/6495.
  1. Struzzo crestato che tien nel becco un ferro da cavallo; cimiero aperto colla corona, prerogativa delle grandi famiglie; croce sulla parte davanti del cimiero, indizio di famiglia che è intervenuta all’impresa delle crociate. La croce è azzurra, perché tale era il colore de’ crociati italiani. Lo scudo è bipartito: i gigli sono un contrassegno de’ Guelfi, e forse furono adottati da Ecelino il Balbo: i Ghibellini usavano il giglio aperto. Le fascie rappresentano i nastri, che le dame donavano a’ cavalieri, quando entravano ne’ tornei: i colori d’oro e verdi sono quelli de’ Ghibellini. P. Litta, Famiglie celebri d’Italia, Milano, 1820, vol. II. []

Patrizia Dal Zotto

Patrizia Dal Zotto vit et travaille à Padoue, sa ville natale. Historienne de l’art et traductrice de hongrois, elle a des activités didactiques, d’enseignement (itinéraires à Padoue et dans les musées de la ville, cours d’histoire de l‘art dans un lycée) et de divulgation culturelle (cycles di conférences pour des associations et des institutions culturelles, recherches et publications historiques et artistiques d’ interêt local). Elle est l’une des guides du château des Da Carrara à Padoue (www.muradipadova.it)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.